Facebook souhaite contrôler la vente d’armes sur son réseau

Business

Par Elodie le

À l’image du pays qui l’a vu naître, Facebook est très puritain dans sa façon d’appréhender la nudité, qui s’apparente majoritairement à de la pornographie pour le réseau social, mais a en revanche beaucoup plus de difficultés à contenir la violence (via certaines vidéos notamment) et la vente d’armes à feu.

facebook_armes_vente

Mercredi 5 mars, sur son blog, la firme a annoncé avoir mis à jour sa politique en matière d’activité commercial sur ses réseaux sociaux : Facebook et Instagram.

Certains utilisent Facebook pour se divertir, poster statuts, photos, vidéos, etc., d’autres en profitent pour promouvoir leur business (DJ XX Officiel, XX photographe, XY modèle, entreprises privées, personnalités publiques par exemple) parmi lequel l’achat et la vente légale d’armes à feu.

Phénomène méconnu, il est pourtant très présent sur la toile, où divers membres posent nonchalamment armes à la main quand d’autres sont fans de pages clairement explicites quant à leur vocation. Il suffit de taper « Guns for sale » pour s’en rendre compte, page qui comptabilise 215 000 membres, avec en couverture cette citation fausse et souvent attribuée à George Washington : “Un peuple libre ne doit pas seulement être armé et discipliné, mais ils doivent avoir suffisamment de d’armes et de munitions pour maintenir un statut d’indépendance contre n’importe quelle tentative de les maltraiter, ce qui pourrait inclure leur propre gouvernement“. Ambiance.

Un meilleur contrôle mais pas d’interdiction

On pourrait penser que Facebook n’a pas vocation à se substituer à une plateforme de vente en ligne pour ce type de produits, le réseau social comptant parmi ses membres des adolescents, des enfants, des personnes vulnérables… et même des animaux ! Mais plutôt que d’interdire – la traque serait certainement très ardue – Facebook semble avoir voulu faire un compromis entre le désir de chacun de s’exprimer sur leur réseau et les conséquences possibles que cette liberté peut engendrer. Le choix de la pédagogie semble l’avoir emporté – d’où le titre évocateur de l’annonce (« Facebook, Instagram announce new educational and enforcement measures for commercial activity »), avec des mesures visant à limiter le phénomène, du moins à tenter de contrôler la vente légale et illégale.

Ainsi, la catégorie des – de 18 ans est particulièrement surveillée. La firme prévoit de limiter l’audience des posts et pages concernant la vente d’armes à feu aux seuls membres certifiant avoir 18 ans et plus.
À chaque fois que le réseau social recevra un rapport concernant une page s’adonnant à ce type de commerce, Facebook lui fera parvenir un message l’enjoignant à se conformer à la loi et réglementation en vigueur. Tremble Lord of war !

facebook_guns_sale
capture d’écran – Facebook

La firme de Palo Alto compte également interdire la publication d’offres de ventes privées d’armes réglementées qui permettent d’échapper à la loi ou de la contourner. En d’autres termes, ces vendeurs devront systématiquement vérifier le passif judiciaire de tout acheteur potentiel. Et la firme de donner un exemple : aux États-Unis, les vendeurs particuliers d’armes à feu ne pourront spécifier « aucune vérification de casier judiciaire nécessaire » ou encore vendre un produit à une personne en dehors de leur État, sans une licence d’armurier agréé.

We will not permit people to post offers to sell regulated items that indicate a willingness to evade or help others evade the law. For example, private sellers of firearms in the U.S. will not be permitted to specify “no background check required,” nor can they offer to transact across state lines without a licensed firearms dealer.

Instagram également concerné

Sur Instagram, pas de succursale de vente d’armes non plus, mais un rappel à la loi. Toute personne cherchant une vente privée d’armes ou des promotions recevra un message leur rappelant de se référer à la loi en vigueur.
Sur son blog, Facebook est conscient que même s’il est impossible de finaliser un achat sur Facebook ou Instagram, il est très aisé pour n’importe quel utilisateur de promouvoir les armes à feu pour une vente privée notamment.

Et The Verge de rappeler que l’année dernière The Daily Beast a rendu compte de ce phénomène. Concernant la vente et l’achat d’armes à feu sur Instagram, le site s’est rendu compte que les acheteurs ont simplement utilisés le filtre hashbag afin de rechercher ensuite des armes à la vente sous le simple hashtag “#forsale” avant de poursuivre la vente (paiement et livraison) en privée.

capture d'écran - Facebook
capture d’écran – Facebook

NRA Vs groupes anti-armes à feu

Comme le souligne Konbini, cette volonté de contrôler ce commerce n’est peut-être pas si soudaine et anodine qu’il n’y parait. En effet, le mouvement anti-arme à feu, (Moms) Demand Action, a posté une vidéo sur Youtube le 7 février dernier pour alerter sur ce phénomène présent sur Facebook. Elle comptabilise près de 300 000 vues.

D’un autre côté, la NRA ne compte pas s’en laisser compter nous rapporte The Verge. Chris Cox, directeur exécutif de l’ILA (National Rifle Association’s Institute for Legislative Action), Institut pour l’Action Législative de la NRA, a déclaré que des groupes comme les Maires contre les armes illégales (Mayors Against Illegal Guns) « essaient de faire pression sur Facebook afin qu’il stoppe les discussions concernant les problèmes liés au second amendement sur son réseau social ». Pour la NRA, cette nouvelle politique est inconstitutionnelle car elle limite les droits des propriétaires d’armes.

Pris entre deux feux, Facebook n’a semble-t-il va voulu trancher, bien que le lobby des armes à feu sort plutôt gagnant de la bataille. Déjà en perte de vitesse auprès des jeunes, la firme n’a peut-être pas voulu laisser s’échapper une manne non négligeable de membres…