Numericable veut créer un « champion national du très haut débit », appelé SFR

Business

Par Jerome Durel le

Patrick Drahi, président d’Altice, et Éric Denoyer, à la tête de Numericable, se sont prêtés ce matin au jeu de la conférence de presse afin de détailler les tenants et aboutissants du rapprochement de Numericable et SFR.

Opération séduction pour les deux hommes qui n’ont qu’un objectif : créer un « champion national du très haut débit« . Il s’appellera SFR. La marque Numericable disparaîtra après une période de co-branding ont annoncé les deux hommes.   

Numericable_SFR

Patrick Drahi n’a pas tari d’éloges sur son futur partenaire et juge le mariage « très complémentaire » avec un argument principal : le rapprochement des infrastructures des deux sociétés, tant sur le fixe que sur le mobile, en interconnectant les deux réseaux. SFR bénéficie d’un large réseau fibre sur tout le territoire, Numéricable connecte les foyers, il suffit donc de connecter les deux ensemble pour détenir l’ensemble de la chaîne.

À la clef, Numericable s’attend à une « supériorité technologique du réseau« , qui pourra bénéficier à l’ensemble des services des deux marques. Pour convaincre les clients, la nouvelle entité pourra compter sur le réseau de distribution de l’opérateur au carré rouge et celui de Numéricable, pour un total de 850 boutiques en France.

numericable-sfr-fr

S’appuyant sur la puissance de la marque SFR, Numericable s’attend à une croissance. Or, quand il y a croissance, les emplois suivent selon Patrick Drahi. Numéricable le dit très clairement, « aucun impact social négatif » n’est à prévoir. Il s’est également engagé à conserver les meilleurs prix sur le fixe et précise qu’il n’y aura pas de hausse des tarifs sur la 4G.

Numericable compte dégager plus d’un milliard d’euros de synergies de son rapprochement. À moyen terme, la société compte capturer 45% de parts de marché (sur sa zone couverture) sur le fixe, ce qui entraînera selon elle une croissance de l’ARPU pour un chiffre d’affaires annuel en hausse de 2 à 5% par an. Elle table par ailleurs sur 12 millions de foyers raccordés au THD en 2017, et 15 millions en 2020. La théorie est belle, reste à voir ce que donnera la pratique.