La soucoupe volante de la NASA vole bien… mais c’est l’atterrissage le plus dur

Science

Par Pierre le

Les soucoupes volantes existent… c’est un fait. Mais ce n’est pas forcément ce que vous croyez. En effet, la NASA a testé ce week-end sa première soucoupe volante qui a pour but, à terme, de conquérir Mars.

PHO4c69f922-ffa8-11e3-aa7b-dd8d6d23e8cc-805x453

La LDSD (pour Low-Density Supersonic Decelerator) est un vaisseau en forme de disque sur lequel la NASA travaille depuis de longues années. Car se poser sur Mars représente un problème : l’atmosphère ne permet pas un atterrissage en toute sérénité. Quand il s’agit d’y envoyer des robots, il suffit d’entourer le module de ballons. Ça secoue, mais c’est relativement efficace. Mais pour envoyer des humains, il faut tout de même trouver une manière plus douce de se poser.

Et c’est là que la soucoupe intervient. Plus précisément, c’est le moteur de l’engin qui intéresse le plus la NASA. Le but est donc de ralentir suffisamment un objet tombant comme une pierre vers le sol. Et samedi, l’agence a testé cette technologie aux alentours d’Hawaï.

La soucoupe a donc été envoyée, grâce à un ballon, à 36 000 mètres d’altitude. Ensuite, le réacteur a pris le relais, le menant à une hauteur de 55 000 mètres. Mais c’est après que le test s’est gâté. En effet, lors de la chute, le parachute ne s’est pas ouvert complètement. La soucoupe a donc ralenti (à 3000 km/h), mais pas suffisamment pour la NASA. Si des humains s’étaient trouvés à l’intérieur, ils seraient aujourd’hui au cimetière.

Mais c’est bien à cela que servent les tests. Et la NASA compte bien en faire d’autres afin de peaufiner cette technologie. Des tests à 110 millions d’euros qui permettront, à terme, d’élaborer un plan de conquête de Mars.

La NASA a tout de même indiqué que ce test a été très instructif.

5_ovni

Source: Source