Elysway, le réseau social des défunts

Sur le web

Par Elodie le

Les services en ligne pour préparer son départ ou offrir un espace de recueillement et de souvenirs à ceux qui restent se développent de plus en plus. Dans la lignée, Elysway, véritable Facebook des défunts, a été lancé le 28 octobre.

Elysway_reseau_social_defunts (2)
capture d’écran – vidéo Elysway

À l’ère du tout numérique, la disparition d’un proche peut être source d’interrogation : que faire de ces avatars numériques ? Les supprimer, au risque de peiner ses proches qui en avait faire un lieu de recueillement ? Les conserver, les rassembler, comment ? Depuis, les funérailles numériques sont apparues, elles proposent de préparer son départ et donnent les outils pour supprimer toute trace de son passage sur internet.

Lancé le 28 octobre (veille de la Toussaint et d’Halloween) en 5 langues, Elysway propose de créer un « lieu de mémoire numérique » pour que la famille et les proches puissent partager leurs souvenirs et photos, laisser des messages sur le mur et se souvenir ensemble. L’interface est très semblable à celle de Facebook, avec photo de profil barré d’un ruban noir, mur sur lequel les proches peuvent poster des messages, le like est ici remplacé par « je compatis ».

elysway_facebook_défunts
capture d’écran – Elysway

La similarité avec Facebook ne s’arrête pas là : les publicités y auront leur place mais pas n’importe lesquelles : « Une publicité pour une banque ou un assureur sera autorisée. Une annonce pour, disons, un club de rencontre, sûrement pas », précise le fondateur du site, Filip Troch dont les propos sont rapportés par Courrier International. Le fondateur de la start-up belge a d’ailleurs lui-même crée une page pour son père, décédé il y a 10 ans.

Afin d’éviter tout côté pesant ou glauque, ici la personne défunte est une « étoile », celui qui crée la page à son attention un « ange étoile », les utilisateurs lambda des « passagers » et les « anges », les proches acceptés sur l’espace virtuel par l’ange étoile (qui en est l’administrateur).

elysway_e-cimetière_etoile
capture d’écran – Elysway

Un e-cimetière qui évite toute tentative de voyeurisme, le moteur de recherche ne dévoile aucun des noms enregistrés. Pour accéder à un profil il faut en être accepté par l’administrateur, qui a également tout pouvoir d’accepter ou de refuser un commentaire, une vidéo ou une photo.
Numérique encore, avec la possibilité de générer un QR Code depuis le profil de l’être cher. Une fois imprimé, il peut être apposé sur une plaque funéraire, ainsi toute personne disposant de son smartphone peut accéder au profil en ligne de la personne en question.

Une initiative similaire a vu le jour il y a quelques mois avec Ending de Yahoo (uniquement pour les utilisateurs japonais) qui, outre l’envoi d’un message aux proches du défunt, propose également l’ouverture d’un « espace virtuel commémoratif ».

Source: Source