Il veut envoyer 100 000 copies de The Interview en Corée du Nord en utilisant des ballons

Cinéma

Par Pierre le

The Interview est un peu l'American Pie de la géopolitique. C'est un film con, certes, mais qui traite d'un sujet sérieux, à savoir la dictature Nord-Coréenne...

The Interview est un peu l’American Pie de la géopolitique. C’est un film con, certes, mais qui traite d’un sujet sérieux, à savoir la dictature Nord-Coréenne et la déification du leader Kim Jong Un. Et un transfuge nord-coréen, passé au Sud, espère bien montrer le film à ses concitoyens.

interview21

The Interview a provoqué un bazar d’enfer chez Sony. Leur serveur ont été piratés (par la Corée du Nord, selon la Maison Blanche) et la firme a ensuite annulé la sortie du film, avant de la jeter sur les plates-formes de VOD. Mais certains veulent aller plus loin.

Park Sang Hak et sa famille ont fuit la dictature il y a quelques années. Maintenant installé au Sud, Park Sang Hak fait tout pour lutter contre le régime de Kim Jong Un. Et il compte bien profiter de l’effet The Interview.

En association avec l’Human Right Foundation, il va envoyer 100 000 copies de The Interview en Corée du Nord, en utilisant des ballons sondes. Des ballons qui lâcheront des DVD mais aussi des clés USB dans les coins peuplés, afin de permettre aux Nord-Coréens de voir le film. Notons que c’est bien une version sous-titrée en coréen qui sera envoyée dans les terres de Kim Jong Un.

L’intérêt est bien entendu de montrer que les occidentaux se fichent de la tête de leur dictateur. Mais il y a plus [ATTENTION SPOILER], dans le film, le dictateur passe pour un gros beauf, caricature de l’américain moyen. Et James Franco et Seth Rogen provoquent sa chute en montrant à tout le pays qu’il n’a rien d’un Dieu et d’un leader infaillible, le faisant passer pour un con (c’est le mot) devant tout son peuple. Et Park Sang Hak espère bien que les Nord-Coréens réels voient leur dictateur passer pour un abruti dans le film [FIN DU SPOIL].

Le lancement se fera vers le début du printemps, lorsque les vents seront favorables. Un lancement qui sera fait en catimini, la Corée du Sud n’étant pas très chaude pour attiser les tensions avec son voisin.

interview

Comme l’indique Le Figaro, de nombreux Nord-Coréens passés au Sud ont déjà vu The Interview, certaines projections étant même réalisées dans des bars. Et si les Coréens ne sont pas fans de l’humour pipi-caca de Seth Rogen, ils apprécient le fait que le leader passe pour une truffe.

Mais la réaction des Nord-Coréens non exilés pourrait être surprenante, selon Park Sang Hak, leur montrer la façon dont le dictateur est dépeint dans le film serait comme “de voir Jésus en scélérat débauché” pour un occidental. D’autres pourraient au contraire prendre conscience de plein de choses.

Source: Source