[Test] The Order : 1886 – Franchement, regardez-le sur YouTube [PS4]

Par Corentin le

Alors, certes, je n’ai pas fait les 1885 premiers épisodes, mais The Order: 1886 est quand même une sacrée déception. Vous l’aurez lu ici en dernier : The Order: 1886 est court. Mais ça, c’est n’est même pas grave, car non seulement il est court, mais il est rempli de cinématiques interminables. Résultat, en une […]

Alors, certes, je n’ai pas fait les 1885 premiers épisodes, mais The Order: 1886 est quand même une sacrée déception.

TheOrder0

Vous l’aurez lu ici en dernier : The Order: 1886 est court. Mais ça, c’est n’est même pas grave, car non seulement il est court, mais il est rempli de cinématiques interminables. Résultat, en une après-midi et une matinée de jeu, je n’ose calculer le temps que ma manette a passé posée sur le sofa en attendant que je puisse rejouer.

Pourtant, je ne pense pas que le studio Ready at Dawn ait été pris de court sur The Order: 1886. Je ne pense pas qu’un jour, au milieu du développement, un représentant de chez Sony a déboulé dans les bureaux en pointant du doigt sa montre et en disant :

Hé ! Oh ! Là ! Il faut vite sortir le jeu là ! Hein ? Quoi ? Z’avez pas fini ? Ce n’est pas grave ! Il faut envoyer là ! Oh !

Je ne le pense pas, car le problème de The Order: 1886 est systémique. Il a été conçu comme ça et s’assume comme ça. Il n’y a eu aucune réflexion sur ce qui va faire que ce jeu sera amusant. Il n’y a eu aucune réflexion sur une feature de gameplay qui pourrait distinguer ce jeu d’un autre TPS. Et, in fine, The Order: 1886 se distingue par son extrême platitude.

TheOrder1
Les cinématiques qui comportent bien trop souvent des QTE qui peuvent vous renvoyer au dernier checkpoint en cas d’échec (amusant !) sont entrecoupées de phases de tir à la troisième personne molles. Le tout est jouable, mais on ne prend aucun plaisir.

Ainsi, pour résumer tout le jeu, voici ce qui vous attend.

1 – Vous arrivez dans une salle.
2 – Vous vous planquez.
3 – Vous tirez.
4 – Cinématique.
5 – Recommencez pendant 7 heures.

Qu’est-ce que c’est que cette boucle de gameplay ? Même un étudiant en première année de game design est capable d’avoir plus d’imagination que ça. Mais ça n’est même pas le plus consternant. Les deux seuls boss du jeu sont deux fois la même compilation de QTE. Un peu comme les combats dans les jeux Telltale Games, qui sont, je le rappelle, des point and click.

Alors certes, le jeu est beau. Il est magnifique même. Le jeu pense bien à vous le rappeler régulièrement avec des phases d’admiration d’objets obligatoires qui ne servent strictement à rien.

Quoi ? Vous voulez dire qu’on aurait pu faire des phases d’enquête dans lesquelles il aurait fallu inspecter des indices plutôt que de forcer le joueur à admirer ses propres armes sans quoi il ne peut pas passer à la cinématique suivante ? Ouah, on n’y avait trop pas pensé !

Ouais. Il n’y a pas grand-chose de « pensé » dans ce jeu, d’ailleurs.

TheOrder02

La petite durée de vie de The Order: 1886 n’est même pas son aspect le plus grave. Mais même la courte expérience qu’il propose n’est pas bonne. Les gunfights sont mous, les cinématiques sont longues, les QTE sont frustrantes, le scénario est vu et revu. Seuls les graphismes qui en jettent et la direction artistique très réussie redorent un tout petit peu le blason de ce qui n’est pas un jeu, mais bien une démo technique de la PS4. Attendez qu’il soit à 15 euros, ou regardez le jeu sur YouTube. Il n’en sera que plus amusant.

The Order: 1886 est disponible sur PS4 pour 70 euros (prix conseillé), mais vous le trouverez pour moins que ça sur le net.

stopwatch 7 min.