L’Etat islamique menace Twitter et son cofondateur Jack Dorsey

Sur le web

Par Elodie le

Des sympathisants de l’État islamique ont adressé des menaces au cofondateur de Twitter, Jack Dorsey. En cause ? La propagande de l’EI mise à mal par la collaboration des géants du net avec les autorités internationales dans la lutte contre le terrorisme.

v

Contrairement à son aîné, Al Qaïda, l’État islamique a su détourner les outils d’internet à leurs avantages, faisant des réseaux sociaux leur principale arme de propagande.
Vidéo, appel au djihad, recrutements sont visibles sur des plateformes telles que Facebook ou Twitter. Désemparées dans un premier temps, les autorités ont vite réclamé l’aide des géants du web pour faire taire la menace et s’attaquer aux messages de haine, d’antisémitisme, de racisme, d’apologie du terrorisme et d’appel au djihad notamment.

Si les outils étaient déjà présents et fonctionnaient à plein régime concernant la censure de contenus illicites, les attentats de Paris ont donné un nouvel élan à la régulation d’internet souhaitée par les autorités françaises et américaines dans leur lutte contre le terrorisme.

Récemment, Bernard Cazeneuve appelait les géants du web à une « responsabilité partagée » face à une « menace protéiforme » en s’enquérant de leur pleine collaboration.

etat-islamique-menace-twitter-jack-dorsey

Collaboration qui semble porter ses fruits, puisque pléthore de comptes de djihadistes ou affiliés à l’État islamique et Boko Haram se sont vus supprimés ces deux dernières semaines.
Mais pour l’EI, c’est leur outil de propagande qui se trouve amputé. Des sympathisants de l’EI, censément implantés à Gaza, auraient proféré des menaces contre le réseau social et son cofondateur Jack Dorsey lors d’une campagne en ligne, Twitter dans les filets du califat :
« Notre équipe de sécurité enquête sur la véracité de ces menaces avec les forces de l’ordre concernées » précise Twitter dans un communiqué. Les autorités américaines ont quant à elle ouvert une enquête suite aux menaces diffusées via un communiqué publié le 2 mars sur le site Justpaste.it.

Dans ce message écrit en arabe, des menaces sont proférées contre Twitter, ses salariés et son cofondateur Jack Dorsey : “Nous vous disons depuis le début que ce n’est pas votre guerre, mais vous ne comprenez pas et continuez à fermer nos comptes sur Twitter. Nous réussissons toujours à revenir, et ce très rapidement. »

Avant de poursuivre « La guerre virtuelle que vous nous livrez va vous en valoir une vraie », le groupe appelle ainsi des « loups solitaires » à s’attaquer à eux : “quand nos loups solitaires vont vous éteindre à jamais, il n’y aura plus de retour“.

« Amedy Coulibaly, Omar Hussein et les frères Kouachi ont fondu sur vous dans les cours de vos maisons et tué vos proches […]. Qui va donc empêcher leurs camarades de t’atteindre, toi et tes employés, Jack ? »

Source: Source