[Cybersécurité] La Chine réclame les clés de chiffrement des produits US, Obama proteste

Sur le web

Par Elodie le

Après les codes sources et l’implantation de backdoors, la Chine se montre gourmande et réclame désormais les clés de chiffrement des produits US vendus sur son territoire. Des desiderata vivement contestés par Barack Obama.

cybersécurité_chine_clé_chiffrement_us_obama_proteste

Les prétentions chinoises irritent les Etats-Unis

Surfant sur les révélations d’Edward Snowden, la Chine a adopté en janvier un ensemble de règles qui imposent aux entreprises étrangères de fournir leur code source avant toute signature de contrat dans le secteur bancaire, mais également à implanter des backdoors pour que les autorités chinoises puissent intercepter plus facilement les communications.

Aujourd’hui, une nouvelle loi antiterroriste, si elle est adoptée, pourrait aller encore plus loin. En effet, elle étendra ces prérogatives à l’ensemble des entreprises implantées en Chine qui devront alors fournir leur clé de chiffrement de données.
Avec ce sésame, toutes les portes s’ouvriront au gouvernement chinois, USB, disque dur, smartphone, ordinateur, tablette.

Et ce n’est pas fini. Ce projet de loi souhaite imposer aux entreprises high-tech comme Microsoft, Google ou encore Apple de stocker l’ensemble des données des utilisateurs chinois sur des serveurs situés en Chine.
Une perspective qui scandalise Barack Obama. Dans une interview accordée à l’agence Reuterslundi, le président américain a vertement critiqué ces nouvelles mesures et n’y va pas par quatre chemins pour clarifier le fond de sa pensée :

Ils vont devoir modifier leur politique s’ils veulent faire des affaires avec les États-Unis.

Il précise par ailleurs qu’il a soulevé la question avec son homologue chinois Xi Jinping.

« Ces mesures ont essentiellement pour but d’obliger l’ensemble des entreprises étrangères, y compris les sociétés américaines, à remettre au gouvernement chinois des mécanismes lui permettant d’espionner et de garder une trace de tous les utilisateurs de ces services », a expliqué Obama.

Ajoutant, « Comme vous pouvez l’imaginer, les entreprises technologiques ne seront pas enclines à suivre ces règles ». Et il sait de quoi il parle puisqu’il bataille ferme dans son propre pays pour enjoindre les géants du web à plus de collaboration et à renoncer à leurs nouvelles méthodes de chiffrement, « vrai problème de sécurité nationale ». Un petit appel du pied à destination des géants du web avec qui les relations se sont particulièrement tendues ces derniers mois.

Il estime par ailleurs que « ce genre de pratiques contraignantes pourrait ironiquement faire du tort à l’économie chinoise sur le long terme »

Des mesures dictées par les révélations d’Edward Snowden sur la NSA

Espionnage économique, contrôle numérique des citoyens, censure et cybersécurité s’entremêlent et exacerbent les tensions entre la Chine et les États-Unis.
Pourquoi soupçonner la Chine d’appliquer son protectionnisme dans le numérique, de vouloir exercer un contrôler sur ces citoyens ou les entreprises étrangères quand les États-Unis peuvent se prévaloir de la sécurité nationale et de la lutte contre le terrorisme pour justifier les activités de la NSA et autres agences de renseignement. De plus, la Chine connait également des heurts dans la province autonome de Xinjiang avec des groupes islamistes.

Chine et États-Unis se rendent d’ailleurs coup pour coup. Des officiers de l’armée chinoise font l’objet de poursuites aux États-Unis ? La Chine perquisitionne les bureaux de Microsoft, exclu Windows 8 des ordinateurs gouvernementaux et black list Apple ou encore McAfee de ses fournisseurs.

Retour à l’envoyeur puisque l’administration Obama a fait de même concernant les sociétés Huawei ou ZTE soupçonnées d’espionnage économique et industriel.
Alors même que les Snowden’s Files ont montré que la NSA avait infiltré des serveurs de Huawei…

La Chine compte bien user de cet argument pour faire valoir ses droits…

Source: Source