[Streaming musical] Jay-Z, Tidal et ses artistes actionnaires ont besoin de vous

Business

Par Elodie le

Jay-Z (Shawn Carter de son vrai nom) a finalement lancé son service de streaming « haute qualité », Tidal, accompagné de ses VRP de luxe, Rihanna, Madonna, Kanye West, Daft Punk, Jack White et consorts.

Streaming_musical_JayZ_Tidal

En mars, Jay-Z rachetait finalement Aspiro, société sise en Suède et spécialisée dans le streaming musical haute qualité, pour 56,2 millions de dollars, et par la même occasion Wimp et Tidal.

C’est lors d’une conférence de presse à New York que Tidal a été présenté, après une vidéo teaser réunissant quelques poids lourds de l’industrie musicale : Daft Punk, Jack White, Calvin Harris, Madonna, Rihanna, Nicky Minaj, Alicia Keys, Beyoncé, Kanye West, etc.

Certains d’entre eux étaient présents sur scène (dont Usher, Kanye West, Madonna, Rihanna, Dj Deadmau5), pour le lancement mondial du service de streaming haute qualité censé « changer le cours de l’histoire » selon les propres termes de son grand manitou Jay-Z.

Tidal se veut « le premier service de streaming qui combine le meilleur son de qualité hi-fi, des clips en HD et un contenu éditorial soigneusement sélectionné ».
Alicia Keys est montée sur scène afin d’expliquer la révolution à venir : « Tidal s’emploie à entretenir une industrie qui promeut la santé et la pérennité de notre art et de notre secteur à travers le monde ».

Nous pensons que c’est dans l’intérêt de tous – fans, artistes et le secteur dans son ensemble- de préserver la valeur de la musique et d’assurer santé et robustesse au secteur pour les années à venir.

Et quoi de mieux pour assurer la « robustesse du secteur » ? Du cash. Si Jay-Z est un artiste, il est (avant tout ?) un redoutable businessman et a su fédérer autour de lui les spoliés du secteur de la musique.

Dans la vidéo de présentation longue de 2 minutes, les artistes se réunissent autour d’une coupe de champagne tout en critiquant les divers services de streaming musical existants qui les traitent comme de vulgaires machines à cash, sans rien leur reverser, ou presque.
« Ils sont les transmetteurs; nous sommes les artistes. D’une certaine façon, les choses ont changé et nous nous retrouvons en arrière-plan », se désole ainsi Madonna.

Rien d’étonnant donc ce que Taylor Swift – par ailleurs ami intime du couple Carter et femme la plus influente du monde selon Fortune — ait choisi Tidal. La chanteuse n’a jamais caché sa détestation pour Spotify & Co : « Le piratage, le partage de fichiers et le streaming ont drastiquement réduit le nombre d’albums achetés… De mon point de vue, la musique ne devrait pas être gratuite ».

Qu’elle se rassure donc, elle ne le sera pas. Sur Tidal, deux offres seront proposées : un compte « Premium » à 9,99$ (9,20€)/mois et un compte « HiFi » à 19,99$/mois (18,40€).
Les artistes qui signeront sur Tidal seront donc actionnaires selon des termes financiers non divulgués. Ils pourront notamment diffuser du contenu en exclusivité.
Reste à savoir si les internautes seront prêts à payer cette obole pour s’attacher ses services, finalement pas si différents de Deezer, Spotify, Rhapsody et de Beats Music, propriété du mastodonte Apple.

Le service est disponible dans 32 pays, dont les États-Unis (depuis novembre dernier), la France, l’Allemagne, la Suisse et le Canada.

Source: Source