Fusion avortée entre Comcast et Time Warner Cable

Business

Par Elodie le

La fusion du siècle n’aura donc pas lieu. Selon les informations de Bloomberg, les deux géants des télécommunications annulent cette fusion à 45,2 milliards de dollars anticipant un refus de l’autorité de régulation américaine (FCC), inquiète de son impact sur l’industrie et les consommateurs. L’annonce officielle devrait tomber dans la journée.

fusion_avortée_comcast_time_warner_cable-640x512

De leur mariage à 45,2 milliards de dollars (41,7 milliards d’euros) devait naitre un mastodonte du web et des télécommunications, un poids lourd de l’industrie. La fusion entre Comcast et Time Warner Cable (TWC), respectivement 1er et 2e câblo-opérateur du pays (télévision câblée, internet haut débit, et téléphonie), n’aura finalement pas lieu. Comcast jette l’éponge et pourrait faire une annonce dans la journée de vendredi, rapporte Bloomberg.

Cette nouvelle intervient alors que l’Autorité américaine de régulation (FCC) et le Département de la Justice se penchaient sur la légalité de cette fusion et devaient décider de sa validité. De récents rapports montraient que ces deux autorités antitrust s’apprêtaient à se prononcer contre cette fusion qui aurait permis à Comcast et TWC de contrôler 57 % du marché des fournisseurs d’accès à Internet et une part significative du câble (30 %) réunissant ainsi 30 millions d’abonnés.

Les autorités américaines craignaient que cette fusion n’engendre des conséquences néfastes pour l’industrie de câble et les consommateurs. Comcast aurait eu vent de la sentence prochaine et aurait souhaité anticiper cette déconvenue. Afin de montrer des gages de bonne foi, Comcast et TWC avaient même proposé de rétrocéder 3 millions d’abonnés au numéro 4 du secteur, Charter Communications, le faisant ainsi passer à la 2e place. Insuffisant pour les autorités de régulation.

comcast-abandonne_fusion_time_warner_cable

Selon des sources proches du dossier, une rencontre décisive a eu lieu mercredi 22 avril entre Comcast, Time Warner Cable et des membres de la Federal Communication Commission et du Département de la Justice, dont l’aval était nécessaire pour finaliser cette fusion. Las, les autorités de régulation ont communiqué leurs inquiétudes quant à l’impact qu’un tel rapprochement aurait sur les consommateurs. Les enquêteurs de la FCC ont signifié à leurs collègues leur intention de recommander un transfert du dossier à un juge administratif, de mauvais augure puisque cette manœuvre signait le blocage de la fusion.

Dans le débat sur la neutralité du net, la bataille promettait d’être féroce avec ce nouveau géant des télécommunications, Comcast est déjà l’un des principaux lobbyistes à Washington sur la question.

time-warner-cable

Netflix, par la voix de son fondateur Reed Hasting, s’est d’ailleurs vertement opposé à cette fusion prétextant un pouvoir trop important alloué lors de futures négociations avec les éditeurs de contenus et autres géants du web américains sur le dossier de la neutralité du net.
Netflix s’était résigné à passer à la caisse, aussi bien chez Comcast que TWC, pour assurer un meilleur débit à ses clients dans l’utilisation de ses services (le streaming, gros consommateur de bande passante). Cette fusion n’aurait fait qu’engendrer des négociations déséquilibrées.

C’est en février dernier que Comcast et TWC ont révélé leur plan de fusion qu’une signature des actionnaires en octobre 2014 était venue formaliser. Comcast avait initialement proposé 45,2 milliards de dollars à Time Warner Cable soit 67 milliards de dollars dette comprise.
Malgré des campagnes de communication de Comcast vantant les mérites d’une telle fusion et un lobbying à 17 millions de dollars, cette fusion n’a jamais emporté l’adhésion de l’opinion publique. Les autorités américaines semblent s’être rangées à son avis.

Source: Source