[Impressions] On a testé le casque Morpheus (et on ne sait toujours pas quoi en penser)

Par Redac JDGa le

C’était l’une des présentations phares de Sony au salon de l’E3, et elle était d’ailleurs très difficile d’accès, que ce soit à cause de l’interminable queue sur le salon ou du planning surbooké dans l’espace des rendez-vous du constructeur. On a toutefois pu essayer la bête, le temps de deux (courtes) démos.

morpheus1

La première démo faisait écho à The Playroom, la démo du lancement de la PS4 qui servait à démontrer les possibilités de la DualShock 4. Elle est ici recyclée dans une démo VR qui possède la particularité de se jouer à quatre joueurs avec un gameplay asymétrique : la personne disposant du casque Morpheus incarne un monstre (qui peut se battre en donnant des coups de tête) tandis que les trois autres joueurs jouent de manière classique, à la manette, en regardant simplement l’action sur la télévision. Dans la première partie, les trois joueurs doivent éviter les attaques du monstre en se déplaçant de gauche à droite durant une course poursuite, alors que dans la deuxième, ils devaient tenter d’envoyer des objets à la face du monstre (qui lui, tentera de les éviter en bougeant sa tête).

La deuxième démo se nomme The Kitchen. Développée par Capcom, elle cherche à exploiter la réalité virtuelle pour nous faire vivre quelques moments d’angoisse. On y incarne une personne attachée à une chaise dans une maison plutôt glauque, en compagnie d’un individu gisant sur le sol. Ce dernier va tenter de nous venir en aide pour finalement se faire exécuter par une femme qui semble directement sortie de The Ring… qui va ensuite s’en prendre à nous.

Bon, pour être franc, la personne qui est passée juste avant moi m’a sans doute un peu trop survendu l’expérience en se tortillant de peur et en hurlant presque à la mort à certains moments. Je ne suis pourtant pas le mec le plus à l’aise face aux jeux d’horreur, mais j’ai ressenti un petit côté « tout ça pour ça ? » en jouant à mon tour. Néanmoins, il faut reconnaître l’efficacité de The Kitchen en termes d’immersion. Et c’est idiot, mais le passage le plus déroutant est le moment où le malheureux individu cherche à défaire nos liens à l’aide d’un gigantesque couteau qu’il semble brandir à quelques centimètres de notre visage.

morpheus2

Ceci étant, toute l’immersion de cette démo reposait en fin de compte sur le fait que le joueur n’a quasiment aucune liberté de mouvement. On reste spectateur, un spectateur totalement plongé dans l’action comme s’il était présent, mais assis sur une chaise sans pouvoir se lever, et la DualShock nous permet uniquement de simuler nos mains en la déplaçant, ce qui fonctionne uniquement parce qu’on garde les mains liées tout au long de la démo.

Reste que ces deux démos sont bien légères pour pouvoir se faire un avis précis sur le potentiel de cette fameuse réalité virtuelle qui ne cesse de se faire désirer. Car là encore, elles n’apportent pas vraiment une réponse quant à savoir comment cet outil peut être pleinement exploité par des jeux complets au-delà des simulateurs de vols spatiaux ou de concepts courts dans le genre de ceux qu’on vient de vous décrire. En revanche et pour conclure au sujet de la qualité de l’engin, il n’y a pas vraiment de reproche à formuler : le casque de Sony s’avère très léger et plutôt confortable pour un accessoire de ce genre, même un peu plus que l’Oculus sur ce point précis.

Le Morpheus sortira pendant la première moitié de l’année 2016. Le prix n’a pas encore été annoncé.

Notre prise en main avec le VIVE d’HTC/Valve
Notre dossier complet sur les principaux casques de réalité virtuelle

stopwatch 3 min.