La France est passée au 14e rang mondial des pays où la cybercriminalité est la plus active

Sur le web

Par Gregori Pujol le

Le Internet Security Threat Report (Rapport annuel sur les menaces de sécurité Internet) de Symantec, Volume 20, met en exergue un changement tactique de la part des cyber-attaquants: ils s’infiltrent dans les réseaux et échappent à toute détection en détournant l’infrastructure des grandes entreprises et en l’utilisant contre elles. Alors que notre niveau de connectivité et de cyber-dépendance n’a jamais été aussi élevé, la question n’est plus de savoir si, mais quand une entreprise sera attaquée.

La France progresse à nouveau cette année d’un rang et passe donc au 14e rang mondial et au 6e rang européen des pays où la cyber-criminalité est la plus active, les Etats-Unis, la Chine et l’Inde conservant le haut du classement. Si l’on note une baisse du spam et des attaches web, on voit également que l’Hexagone a subi encore plus d’attaques réseaux et par phishing en 2014 et 2013, occupant respectivement la 6e et 4e place mondiale.

Autre fait distinctif français: si les grandes entreprises sont particulièrement concernées (59 %) par les attaques ciblées, il en est de même pour les PME (35,6 %) et ce, de façon différente des statistiques mondiales. L’exception culturelle française en matière de cyber-criminalité concerne d’une part les arnaques sur les réseaux sociaux : la France se classe au 5e rang mondial et 2e rang européen (derrière le Royaume-Uni et devant l’Allemagne), d’autre part l’extorsion numérique, avec les ransomware (4e rang européen et 6e rang mondial) dont les cryptolockers représentent désormais 9 % dans le pays.

La cybercriminalité a encore cru l’an passé avec 317 millions de nouveaux programmes malveillants créés, soit près de 1 million par jour. L’e-mail reste un vecteur d’attaque important pour les cyber-criminels, mais ces derniers continuent d’expérimenter de nouvelles méthodes d’attaque sur les périphériques mobiles et les réseaux sociaux afin d’atteindre plus de personnes, en faisant des efforts moindres.