Des hackers piratent les e-mails du Pentagone

Sur le web

Par Elodie le

Les attaques informatiques contre des cibles majeures américaines se poursuivent. Touché, le Pentagone désigne la Russie.

hackers_piratent_pentagone

Aux alentours du 25 juillet, le système d’e-mails non confidentiels de l’état-major interarmées du Pentagone a été la cible d’une « cyberattaque sophistiquée » selon des officiels américains anonymes cités par la chaîne NBC. Ces derniers accusent des pirates russes d’avoir perpétré l’attaque.

Près de 4000 civils et militaires utilisent ce système, mais le Pentagone affirme qu’aucune information secret défense n’a été dérobée.
Avec cette attaque, les pirates ont récupéré des données confidentielles via l’ouverture de mails infectés. Le Pentagone a mis son système hors circuit depuis deux semaines et devrait le restaurer dans les jours qui viennent, après avoir mené « une enquête approfondie ».

C’est via des comptes chiffrés et les réseaux sociaux que les pirates ont réussi à mener cette attaque automatisée et à collecter et rediffuser dans la foulée les informations dérobées sur Internet, précisent des sources anonymes à NBC.

« Par principe et pour des raisons de sécurité opérationnelle nous ne commentons pas les cyber incidents ou attaques contre nos réseaux », a indiqué le lieutenant-colonel Valerie Henderson, l’une des porte-paroles du Pentagone.
Néanmoins, si les responsables américains ne gardent — comme à l’accoutumée — de désigner formellement un responsable, en l’occurrence le gouvernement russe, des sources anonymes assurent qu’au vu de sa sophistication, « l’attaque est clairement le fait d’une agence gouvernementale ».

Depuis plusieurs mois, les États-Unis essuient un nombre considérable de cyberattaques, révélant à la face du monde les failles béantes de leurs systèmes.
Le fisc américain, le Département d’État et la Maison Blanche seraient autant de cibles d’envergure à mettre sur le compte de pirates russes, que des sources officielles américaines pensent téléguidées par Moscou.