123 employés NVidia basés en France licenciés

Business

Par henel le

nvidia 1

Lors du computex qui s’est déroulé en juin dernier, le président de NVidia Jen-Hsun Huang annonçait qu’il abandonnait le marché des smartphones, au profit des CPU, tout en continuant de proposer des GPU. Changement de cap pour NVidia et par conséquent, restructuration de son entreprise: une vague de licenciements touche Icera, la branche acquise par la firme en 2011.

La décision de mettre fin à Icera date du mois de mai, comme l’explique le blog ouvert par les employés d’Icera:

Finalement, la décision tombe en mai 2015: quatre ans après le rachat d’Icera, Nvidia décide de mettre fin à l’activité de développement modem. Faute de repreneur, c’est 500 emplois qui seront supprimés dans le monde, dont 123 en France.

Oui, faute de personnes intéressées, NVidia a pris la décision de licencier 500 employés de Icera, dont 123 Français. Parmi les personnes travaillant à Sophia-Antipolis, seule une dizaine garderont leurs postes. Ces derniers avaient des postes administratifs ou bien étaient ingénieurs.

NVidia n’a pour le moment pas finalisé son plan de sauvegarde de l’emploi. Pour autant, il est difficile pour la firme de réintégrer ses 123 personnes au sein de son entreprise en France. En parallèle à cette affaire, la firme recherche 500 postes d’ingénieurs. Mais il y assez peu de chance pour qu’elles les placent à Sophia-Antipolis. En effet, elle a récemment investi près de 14,2 millions de dollars en R&D à Singapour en août, pour de la recherche dans le milieu automobile.

Ces licenciements interviennent à un moment où NVidia se porte très bien. Son chiffre d’affaires s’élève à 4,68 milliards de dollars avec un résultat opérationnel de 630 millions de dollars. Le dernier bilan financier pour son deuxième trimestre est disponible ici.

Par ailleurs, les employés ont décidés d’ouvrir à côté de leur blog un compte twitter.

Source: Source