La veuve de Steve Jobs a tenté d’annuler le biopic de Danny Boyle

Apple

Par Pierre le

Laurene Powell Jobs, la veuve de Steve Jobs, n’aime pas le livre de Walter Isaacson consacré au co-fondateur d’Apple. Et quand Aaron Sorkin et Danny Boyle l’adaptent en film, elle n’apprécie pas vraiment, au point de tenter de bloquer la production, selon The Wall Street Journal.

steve-jobs-trailer

Le film de Boyle écrit par Sorkin a un temps été développé chez Sony, puis est passé entre les mains d’Universal. Mais tout le long du projet, Laurene Powell Jobs, en compagnie de Bill Campbell, ancien ami de l’ex boss d’Apple, a fait du lobbying pour stopper sa production. Une production qui est tout de même arrivée à son terme, puisque le film sort dans quelques semaines aux Etats-Unis.

Pourquoi tant de haine ? Car le livre de Walter Isaacson, très critiqué lors de sa sortie, ne dépeint pas un portrait angélique de Steve Jobs. Le livre s’attarde beaucoup sur les obsessions de Jobs, sur son comportement tyrannique et sur ses relations extrêmement difficiles avec sa fille. Et ce livre a servit de base à Aaron Sorkin pour son film.

Le film ne sera pas une adaptation pure et dure de cette biographie, puisqu’il reviendra sur quatre moment cruciaux de la vie de Jobs. Et d’après ce qu’en disent les bande-annonce, nous ne verrons pas un Steve Jobs tout rose. Mais il faut garder à l’esprit que le film n’est pas un brûlot anti-Jobs, loin de là, mais bien une tentative de créer un film intéressant autour de la vie d’un personnage public et aimé de ses clients.

En tout cas, cela ne convainc par Laurene Powell Jobs qui n’a aucune envie que le film sorte, bien qu’elle ne l’ait même pas vu.

Ce n’est pas la première fois que le camps Apple tire à boulets rouges sur le film. Il y a une semaine, Tim Cook avait lancé une offensive contre le projet, le qualifiant, lui et tous les autres, d’opportuniste. Aaron Sorkin s’était violemment défendu en attaquant Cook sur les enfants travaillant dans les usines chinoises. Notons tout de même que le film de Boyle dispose d’un ambassadeur de choix : Steve Wozniak. En plus de faire la promo du film, Woz a été consultant tout au long du projet.

Nous n’avons pas fini d’entendre parler de ce film.

Source: Source