Un prince saoudien devient le 2e actionnaire de Twitter

Business

Par Elodie le

Mercredi 7 octobre, le prince saoudien Al-Walid ben Talal et son groupe Kingdom Holding Compagny (KHC) sont devenus 2e actionnaire du groupe Twitter.

prince_Al-Walid ben-Talal_Twitter

Avec 5 % du capital, de Twitter, représentant quelque 34 948 975 actions, le prince saoudien Al-Walid ben Talal et sa holding Kingdom (KHC) deviennent le 2e actionnaire de Twitter.

« Cet investissement conjoint fait du prince Al-Walid et de la KHC le deuxième actionnaire de Twitter », précise le communiqué.

Déjà détenteurs de parts dans le groupe depuis 2011, deux ans avant son introduction boursière, ils ont augmenté leur participation ces six dernières semaines. Mardi, l’action a clôturé à 27,62 dollars à la Bourse de New York, le portefeuille Twitter du prince est donc valorisé à plus de 965 millions de dollars (854 133 080 euros), pour une fortune personnelle estimée à 32 milliards de dollars.

Evan Williams, le co-fondateur de Twitter, reste l’actionnaire majoritaire avec 6,81 % du capital. Quant à Jack Dorsey, confirmé cette semaine comme CEO après la démission de Dick Costolo, détient 3,23 % du capital.

twitter_prince_Al-Walid ben-Talal_Twitter

Le prince et sa holding ont également des participations dans d’autres compagnies telles que Citybank, EuroDisney, Apple ou AOL. Des négociations ont été entamées avec Snapchat sans qu’un accord ait été trouvé quant à la prise de participation dans le capital de l’app chouchou des jeunes.

Ces diverses participations dans les réseaux sociaux n’ont rien de surprenant puisque les réseaux sociaux sont très populaires dans le pays où le pouvoir musèle les médias.

Le pays a le meilleur taux de pénétration de Twitter au monde selon The Economist, 8 des 31 millions d’habitants sont sur Facebook, chaque Saoudien regarde environ 7 vidéos par jour. Les jeunes (26-34 ans) sont majoritairement présents sur les réseaux sociaux, même s’ils sont majoritairement utilisés par les hommes (87 %), une des conséquences de la société patriarcale saoudienne.

Le prince Al Walid ben-Talal ici avec Bill Gates
Le prince Al Walid ben-Talal ici avec Bill Gates

Le prince Al-Walid ben Talal, qui n’a aucune fonction gouvernementale, est considéré comme l’un des princes les plus progressistes et philanthropes du pays : cet été il a annoncé qu’il donnerait, à terme, l’intégralité de sa fortune à des projets sociaux et humanitaires, soit quelque 32 milliards (29 milliards d’euros) de dollars.

« Cet engagement philanthropique de 32 milliards de dollars va aider à jeter des ponts pour la compréhension culturelle, le développement des communautés, l’accroissement de l’autonomie des femmes, la promotion des jeunes, la fourniture de secours en cas de catastrophes naturelles et la création d’un monde plus tolérant », avait alors affirmé le neveu de feu le roi Abdallah, décédé le 23 janvier 2015.