Xiaomi vient taquiner Apple sur le secteur des bracelets connectés

Gadget

Par Henri le

La marque Xiaomi s’attaque à de nombreux domaines, et réussit petit à petit à s’imposer chez les clients grâce à un rapport qualité/prix intéressant. Et les bracelets connectés réussissent bien au chinois.

MiBand

Smartphones, tablettess, objets connectés pour la maison… Rien n’arrête Xiaomi qui s’attaque un bon nombre d’objets high-tech avec un certain succès. Une réussite en partie du à des prix très agressif pour des produits qui font souvent bien mieux que de l’entrée de gamme.

Et le symbole de cette belle ascension pourrait bien être le tracker d’activités. La firme chinoise, portée par Hugo Barra (ex-Google) à l’international, s’est lancé dans le marché du bracelet connecté en 2014, et enregistre déjà d’excellents résultats.

En juin dernier, elle annonçait avoir écoulé 6 millions d’exemplaires de son fameux Mi Band. Proposé à 20 €, ce bracelet aux performances honorables vient d’ailleurs d’être remis au gout du jour avec une version « Pulse » et Mi Band 1S (pour environ 30 €).

xiaomi-mi-band

Le cabinet d’étude IDC a d’ailleurs indiqué que la marque était deuxième derrière FitBit pour le premier trimestre 2015 avec 2,8 millions de bracelets vendus. Le chinois faisait encore mieux au deuxième trimestre avec 3,1 millions de trackers écoulés, soit 17,1 % de part de marché. Pour le troisième trimestre, IDC annonce 17,4 % de PDM avec 3,7 millions d’unités distribuées.

Apple a néanmoins réussi à passer de justesse devant Xiaomi avec sa watch, disponible depuis avril dernier. La firme de Cupertino a mine de rien réussi une belle entrée dans le secteur (avec un produit nettement plus cher) puisqu’elle en a vendu 3.9 millions d’unités. Mais le géant chinois n’est vraiment pas loin.

09.09-1280x640-Apple-Watch

Cela montre en tout cas que les wearables ont le vent en poupe, bien que de nombreux acteurs en doutent. Et des sociétés comme FitBit et Apple ont de quoi s’inquiéter vu les ambitions des acteurs chinois. BBK a d’ailleurs pris la cinquième place du classement, à la place du coréen Samsung. Tout n’est pas encore gagné pour Xiaomi, puisque la firme vend essentiellement en chine, et a encore beaucoup à faire pour séduire les marchés occidentaux.