Un nouveau film métallique transparent pour nos écrans

Hardware

Par Antoine le

Ce nouveau film est à la fois hautement conducteur et transparent, du coup, il s’avère fort utile pour faire des écrans mais aussi des panneaux solaires plus grands, plus solides et plus accessibles, du moins, ce qu’en disent ses inventeurs, des ingénieurs et scientifiques de l’Université de Pennsylvanie.

0409517001281715824

Aujourd’hui, l’oxyde d’indium-étain est utilisé pour faire les écrans, c’est d’ailleurs le cas depuis plus de 60 ans. À mi-chemin entre le métal et la céramique, ce matériau comprend à la fois la transparence optique et la conductivité. Cependant, un peu à l’image de ce qu’il se passe pour le lithium utilisé dans nos batteries, la demande de plus en plus forte en écrans à fait augmenter les prix de ce matériau à tel point qu’il maintenant utile de se poser la question d’un remplaçant. Alors que la tendance de prix est plutôt à la baisse pour tous les composants électroniques, le prix des écrans aurait lui plus tendance à augmenter.

L’équipe menée par Roman Engel-Herbert explique ainsi que son équipe a utilisé une approche un peu différente pour la création de ce nouveau matériau. Ils utilisent une couche très fine d’un métal un peu particulier. Dans celui ci, les électrons se comporteraient comme un liquide, alors que dans le cas d’un métal plus classique, ils agiraient plus comme un gaz. Selon les chercheurs, c’est ce comportement un peu particulier qui donnerait au matériau sa transparence et sa conductivité.

L’équipe s’est fait aider par le professeur Karin Rabe de l’université de Rutgers pour essayer de chiffrer à quel point les électrons devaient être liquides dans le métal. Ils indiquent d’ailleurs n’en être qu’a un stade de développement peu avancé. Le choix du matériau en question n’est pas encore arrêté, il leur faut encore étudier la possibilité d’avoir d’autres métaux dotés des mêmes propriétés.

Le principal avantage de cet découverte reste le prix, le matériau utilisé par les chercheurs est près de 30 fois moins cher que l’oxyde d’indium-étain utilisé aujourd’hui.

Source: Source