Facebook n’aime pas les cookies belges

Business

Par Elodie le

Pour contester une décision de la justice belge lui ordonnant de mettre fin aux traçages des internautes non-inscrits sur le réseau social, Facebook déploie un argument pour le moins original.

belgique_facebook_conteste_justice

En novembre dernier, la justice belge interdisait à Facebook de tracer les internautes non inscrits sur sa plateforme grâce à l’utilisation de cookies.

En effet, des universitaires avaient démontré que Facebook traçait non seulement ses membres en dehors de ses pages, mais également les internautes non inscrits sur la plateforme, et ce, grâce aux fameux cookies. Ces petits fichiers installés par un site sur le disque dur d’un internaute recueillent ses données de navigation, c’est-à-dire son activité en ligne et certains paramètres, et ce, afin de faciliter sa navigation.

Grâce à eux et aux « plug-in sociaux » ‘Like’ ou ‘Partager’ intégrés sur les sites internet tiers, Facebook collecte des données et bénéficie d’une analyse précise du comportement des internautes. C’est notamment ce type de données que la firme de Menlo Park revend à prix d’or aux annonceurs pour leur ciblage publicitaire.

Alors quand la justice lui a imposé pareille folie, Facebook a vu rouge : la firme de Menlo Park a décidé de bloquer l’accès à ses pages publiques aux membres non-inscrits.

Et elle ne compte pas s’en contenter puisqu’elle conteste aujourd’hui la décision de la justice belge : elle en demande l’annulation sous prétexte que le jugement a employé des termes anglophones.

« Cookies », « browser » ou encore « homepage » auraient dû être traduits. Les avocats de la firme ont débusqué une loi belge qui impose que les jugements soient rendus uniquement dans l’une des trois langues du pays, soit le français, le néerlandais ou l’allemand, rapporte Le Monde.

Or un tel manquement pourrait aboutir à l’annulation pure et simple du jugement pour vice de forme, ce qu’espère l’avocat de Facebook en Belgique qui estime que « C’est une exigence que la justice soit comprise par tous, sinon vous glissez vers une justice de classe ».

L’argument peut paraitre fallacieux, mais en cas de victoire, il n’en restera pas moins redoutable.

Source: Source