[Chiffrement] Microsoft renouvelle son soutien à Apple devant le Congrès

Sur le web

Par Elodie le

Entendu lors d’une audience du Congrès, le président et directeur juridique de Microsoft a affiché son soutien « sans réserve » à Apple dans la bataille qui l’oppose au FBI pour préserver le chiffrement.

microsoft-soutien_apple_chiffrement_fbi
« Nous, chez Microsoft, supportons Apple et déposerons un mémoire d’amicus la semaine prochaine », a déclaré Brad Smith, Président et directeur juridique de Microsoft devant le Congrès.

Un mémoire d’amicus curiae est un dossier déposé par une partie tierce non impliquée dans un procès, mais qui entend peser en lui présentant des informations ou une opinion pouvant l’aider à trancher le litige : un témoignage, un rapport relatif au sujet (le chiffrement des communications en l’occurrence), etc.

Microsoft, qui s’était jusqu’ici contenté d’approuver une déclaration formulée par la reform Government Surveillance – dont Redmond fait partie avec DropBox, AOL, Evernote, Facebook, Google, LinkedIn, Twitter, Yahoo et Apple. notamment – ne se contente plus d’afficher son soutien, mais le matérialise.

microsoft_soutien_apple_chiffrement
capture d’écran – The Verge

Pour contester l’utilisation du All Writs Act (édicté dans sa forme originelle en 1789 et dans sa forme actuelle en 1911) Microsoft a brandi une machine à calculer datant de 1912 : « Nous ne pensons pas que les tribunaux devraient chercher à résoudre problématiques de la technologie du XXIe siècle avec une loi qui a été écrite à l’ère de la machine à calculer. »

Brad Smith a également souligné sur cette affaire créerait un précédent pour d’autres entreprises technologiques, reprenant les arguments déroulés par Tim Cook, le CEO d’Apple.

Un soutien bienvenu alors que les autorités préféreraient voir Apple isolé et s’attirer les foudres de l’opinion, réceptive aux arguments du FBI qui agite le spectre du terrorisme et de la sécurité nationale.

Apple, représenté par son directeur juridique Bruce Sewell, et le FBI doivent comparaitre mardi prochain devant le Congrès, plus précisément le Comité judiciaire de la Chambre des représentants, pour s’expliquer sur cette affaire. La firme à la pomme ayant demandé l’annulation de l’injonction lui demandant de fournir « une aide technique raisonnable » au FBI pour déchiffrer l’iPhone 5C de l’auteur de l’attaque de San Bernardino.

Apple entend invoquer le premier amendement de la Constitution US en arguant que le code informatique est assimilable à une expression écrite et devrait donc être protégé comme telle. Les autorités ne pouvant lui demander d’écrire un logiciel contre sa volonté et allant à l’encontre de ses valeurs.

Facebook et Google ont également annoncé qu’ils soutiendraient Apple devant les tribunaux.

Source: Source