Critique : Ratchet & Clank – le film

Cinéma

Par Mathieu le

Ratchet & Clank sort au cinéma ? Attendez, on parle bien du jeu vidéo auquel je jouais sur ma PS2 quand j’avais 12 ans ? Celui qui m’a fait de nouveau aimer la plateforme après les Crash Bandicoot et Spyro et qui se voulait le principal concurrent de Jak & Daxter ? Super ! Voilà à peu près ce que l’on retient lorsqu’on apprend qu’un long-métrage mettant en scène l’un des duos les plus célèbre de la Playstation arrive dans nos salles sombres avec pour but de devenir des mascottes adulés par petits et grands. Avec au doublage les YouTubeurs Squeezie, Jhon Rachid ou le Rire jaune mais aussi l’animateur vedette de TF1, Nikos Alliagas, la réalisation de Kevin Munroe et Jericca Cleland avait de quoi intriguer. Pour quel résultat ?

ratchet-and-clank-le-jeu-et-le-film-au-printemps-2016-ME3050467117_1

Des boulons plein la tête

Le film Ratchet & Clank prend pour inspiration les toutes premières aventures du Lombax et de son futur meilleur ami le petit robot. C’était, pour ceux qui avaient (ou ont) une Playstation 2, l’épisode sorti dans notre beau pays le 8 novembre 2002, soit il y a près de 14 ans. L’histoire est somme toute assez classique : « Ratchet et Clank combattent le terrible Chairman Drek, dont l’objectif est de détruire toutes les planètes de la Galaxie Solana. » On retrouve donc avec joie, en plus des protagonistes précédemment cités, le Captain Qwark et le Dr Nefarious ainsi que de nombreux seconds rôles que les plus grands fans reconnaîtront sans problème. Le long-métrage se veut aussi accessible aux néophytes qui verront en cette réalisation un très bon divertissement, drôle et frais, qui emprunte les codes à de nombreuses autres productions, que ce soit les Pixar, mais aussi les films Marvel ou même la saga Star Wars. Ce mélange se veut savamment dosé et fera passer un agréable moment aux personnes dans la salle, qu’elles aient 12 ou 72 ans.

maxresdefault (1)

C’est un jeu vidéo ou un film ?

La réalisation de Kevin Munroe (que vous connaissez peut-être pour avoir réalisé TMNT Les Tortues Ninja en 2007) et Jericca Cleland (qui travaille habituellement comme directrice de la photographie sur d’autres films d’animations) est un véritable hommage aux nombreux jeux vidéo Ratchet & Clank. Reprenant les codes graphiques que nous avons connu tout en les encrant dans la nouvelle génération, le film se veut simple dans son approche technique pour un résultant détonnant. On a l’impression d’être devant un jeu vidéo, en plus grand et en (un peu) mieux fait. Les musiques sont-elles aussi tirées des différents épisodes vidéoludiques et apportent assez de contrastes et de nuances pour s’incorporer dans le long-métrage et nous faire voyager au rythme des aventures de nos deux héros. Le fait qu’une directrice de la photographie ait co-réalisé le film donne une crédibilité supplémentaire à Ratchet & Clank dans le sens où le lien entre jeu vidéo et film est parfaitement tracé et maîtrisé. Une très bonne chose.

003

Doubleurs oubliés

Loin de moi l’idée de critiquer notre ami Squeezie dans le seul but de dire « C’est mauvais ! » mais pourquoi avoir choisi le YouTubeur français pour doubler Ratchet, principal héros du film ? Pourquoi ne pas avoir laissé Cyrille Artaux, comme c’est le cas dans le jeu vidéo, tiré du film, lui-même tiré du jeu ? Nous avons toujours été habitué à lui, il double son personnage sur le jeu PS4 et pourtant, c’est bien Squeezie qui le remplace pour le long-métrage. Bien évidemment, la question marketing se pose et il est certain que Squeezie attire plus que Cyrille Artaux (malgré tout le respect que j’ai pour lui) mais pourquoi ne pas avoir fait comme aux Etats-Unis où les personnages emblématiques (Nefarious, Ratchet, Clank et Qwark) sont doublés par les acteurs réguliers ET les nouveaux personnages par des stars (Sylvester Stallone, Rosario Dawson et John Goodman notamment) ? Aucun des doublages français du jeu vidéo ne sont similaires à ceux du film. Bien heureusement, il y a d’excellents choix comme celui de Bernard Métraux (la voix française de Stallone) pour Victor et surtout Christophe Lemoine (Cartman dans South Park) qui se charge du Dr Nefarious et lui donne une toute autre ampleur. Notons aussi que c’est Patrick Poivey (la voix française de Bruce Willis) qui se charge du Captain Qwark et que le résultat n’est pas désagréable, loin de là. Enfin, John Rachid, Le Rire Jaune et Nikos Aliagas doublent eux des personnages exclusifs au film et leurs performances sont exemplaires.

maxresdefault

SI vous êtes en manque de cinéma d’animation, que vous voulez partager un moment convivial avec votre Lombax préféré et que vous n’êtes pas allergique aux doublages spécial YouTubeurs, alors foncez voir Ratchet & Clank. Drôle, beau et rempli de références, la réalisation de Kevin Munroe et Jericca Cleland vous donnera envie de vous jeter sur votre PlayStation 2 ou bien d’acheter le jeu, tiré du film, tiré du jeu (j’adore cette blague) qui lui sortira le 15 avril prochain exclusivement sur PS4. Une belle réussite !

Ratchet & Clank, le film, c’est le 13 avril dans les salles