[À vivre] Virtually Dead : quand le théâtre immersif rencontre la réalité virtuelle

Un teaser de quinze secondes qui pose juste une ambiance dérangeante, une campagne marketing fondée sur l’achat de visibilité sur Facebook ciblée sur les parisiens, et voilà qu’en quelques jours, les 3110 places prévues dans le cadre du mystérieux projet Virtually Dead sont déjà vendues.

Le lieu tenu secret a été dévoilé quelques jours avant le jour J et faisait office de complexe militaire secret devant lequel des officiers instructeurs nous ont reçu en nous hurlant des ordres. Notre combinaison militaire enfilée, le briefing nous indique rapidement la situation, et « elle est pas jolie, jolie » pour reprendre l’air sarcastique du sergent instructeur : une pandémie du virus Phoenix aurait contraint les autorités militaires à opérer un blocus pour que personne ne puisse sortir vivant ou mort de cet état. Les symptômes : baver, perdre progressivement des organes, avoir une peau décharnée, émettre des gémissements au lieu de parler et plus important, se nourrir de chair vivante.

Virtually Dead 3

Nous voilà prêts à nous plonger au cœur de ce complexe en tant que recrue volontaire pour s’entraîner et faire partie de l’élite qui partira sur le front combattre les zombies. Mais il est bien connu que si les plans se déroulaient sans accrocs, jamais personne ne se serait tapé l’ensemble des épisodes de l’Agence tous risques… Réquisitionné dans une salle de 12m² avec le casque virtuel HTC Vive sur la tête, sur le jeu “Arizona Sunshine”, dans lequel on nous entraîne à « shooter » du zombie, dans le désert, dans une mine, sous le soleil, l’obscurité la plus profonde, au magnum, au pompe, l’alarme se met à résonner… Et là, c’est le drame ….

Virtually Dead 5

Tout a commencé par une demande de la société HTC basée à Londres à la société de communication FUSE pour assurer le lancement de la commercialisation du kit de réalité virtuelle Vive. C’est la société Noma Labs qui a donc été choisie pour organiser un événement à Londres durant le mois de mars et à Paris du 16 au 24 avril 2016“, nous explique Antoine Filliaudeau, le responsable de l’organisation de l’événement en France. « Les Anglais sont friands et spécialisés dans l’organisation d’événements mêlant le théâtre immersif » ajoute-t-il.

Effectivement, il suffit de se remémorer cette célèbre attraction « Alien War » au Royaume-Uni. De 1993 à 1996, alors que vous étiez en train de faire du lèche-vitrine dans l’un des plus gros centres commerciaux du centre londonien sur Picadilly Circus, tous les quart d’heure, vous risquiez d’être surpris par un groupe de personnes sortant de derrière une porte en hurlant et courant comme des dératés. Si vous interrogiez l’un d’eux, il vous répondait, encore essoufflé, que leur groupe venait de s’échapper du vaisseau Nostromo pourchassé par des Aliens.

« L’originalité de ce projet s’appuie sur le rassemblement du théâtre immersif et de la réalité virtuelle » résume Antoine à propos de Virtually Dead. L’aventure dure 45 minutes, et on vous mentirait en vous disant que tout se passe de façon sereine à en croire les abandons ou les fuites urinaires constatés. Alors, si nous sommes arrivés à partager notre enthousiasme, le réflexe du Geek normalement constitué que vous êtes consisterait à cliquer frénétiquement sur l’adresse du site internet pour vous y inscrire. Et bien, non, les inscriptions étaient déjà closes quelques jours après leur ouverture. Il ne vous reste donc plus qu’à espérer que ce genre d’initiatives soit poursuivi par d’autres labels, ou commander votre casque de réalité virtuelle HTC Vive (qu’on a testé pendant une semaine ici).

Virtually Dead 4

Informations pratiques :

VIRTUALLY DEAD
Du 16 avril au dimanche 24 avril 2016
Participants : 3110 « recrues volontaires »
Prix : 41,15 €
Superficie : 850m²
STAFF : 70 personnes (Acteurs, backstage, agents de sécurité, Staff…)
Site officiel