Périscope, roi de la dérive sur Internet ?

Sur le web

Par Mathieu le

Depuis sa première version, lancée le 26 mars 2015, Périscope ne cesse d’évoluer et de susciter l’intérêt des utilisateurs du monde entier. Ce logiciel, fonctionnant surtout sur les appareils mobiles avec un système d’exploitation Android ou iOS, a été développé par deux amis, Kayvon Beykpour et Joe Bernstein. Le concept est simple : une personne peut filmer ce qu’elle veut, n’importe où, et le diffuser en direct. Depuis son commencement, c’est Twitter qui s’occupe de mettre en avant l’application, suite à un rachat estimé à près de 100 millions de dollars.

periscope-twitter

Depuis quelques mois, les vidéos destinées à tous les publics sont de plus en plus nombreuses à circuler sur Internet. On trouve de tout, mais malheureusement, surtout n’importe quoi. Pour se faire remarquer et générer un maximum de buzz, les gens prouvent qu’ils sont prêts à tout. Cette montée en puissance de Periscope a débuté il y a quelques mois, lorsqu’on vous évoquait notamment cette fameuse affaire SFR où des vendeurs avaient cassé, en direct, le smartphone d’une cliente qu’ils n’appréciaient que modérément. Serge Aurier, le défenseur du Paris Saint-Germain a aussi fait l’amère expérience du logiciel, en insultant ouvertement son entraîneur et ses coéquipiers.

Car oui, les gens ne se sont rendu compte que trop tard que ce qui était diffusé sur le web, restait sur le web. Malgré l’annonce que les vidéos enregistrées et diffusées en direct ne restent que 24 heures sur la plateforme en ligne, nombreux sont les « spectateurs » à profiter de ce qu’ils ont devant les yeux et à l’enregistrer pour l’uploader plus tard sur des sites comme YouTube ou Dailymotion.

Les dérives sont donc nombreuses à se faufiler sous nos yeux depuis quelques semaines. Hier encore, un homme cherchait à accumuler des likes (des petits cœurs envoyés par les internautes) en se clouant l’oreille. Peu de temps avant, une jeune fille se suicidait devant les regards des milliers d’autres personnes. Ce matin, une vidéo d’un policier, filmé via l’application, se faisant frapper par des manifestants a été visionnée des milliers de fois.

Désormais, Périscope permet également aux jeunes de se lancer une nouvelle forme de défis. En plein cours, ils se filment en direct et doivent répondre aux challenges que leurs donnent les personnes présentent sur l’application. « Crie », « Insulte la prof », « Casse-toi de cours », …

On est donc en droit de se demander si Périscope ne représente pas ce qu’il y a de pire sur Internet aujourd’hui, la forme la plus pure de dérives qui permet, certes de s’exprimer, mais aussi de tomber dans la débauche avec une aisance rarement atteinte jusque alors. On vous laisse désormais nous donner vos avis sur cette application et, si vous l’utilisez, dans quel cadre le faites-vous ?