Amazon Prime Now : Un service express qui agace la Mairie de Paris

Business

Par Henri le

Le service de livraison Prime Now d’Amazon a beau être pratique, il n’est pas très bien accueilli partout. C’est le cas à Paris où la maire a fait entendre sa voix.

maxresdefault (1)

Avec Prime Now, les Parisiens dotés d’un compte Premium vont pouvoir profiter de la livraison en une heure. Une option intéressante quand on sait que plus de 18 000 références sont disponibles, avec notamment 4000 produits alimentaires, dans le centre logistique de la firme (XVIIIe).

Pour en profiter, il faudra être abonné Premium et payer 5,80 € supplémentaires. Notons que si vous consentez à attendre deux heures, ce sera gratuit. Ce type de livraison sera disponible entre 8 et 22 h.

« Pain au levain d’Eric Kayser, produits laitiers frais de Danone, produits surgelés de Mc Cain ou Häagen-Dazs, fruits et légumes, café et couches, mais aussi articles de puériculture, produits de beauté et d’hygiène, vin et boissons alcoolisées. Amazon offrira également de nombreuses références particulièrement populaires comme des jeux vidéo et des jouets. »

maxresdefault

Mais cette nouvelle ne ravit pas tout le monde. Sans l’interdire, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a indiqué que ce service serait très surveillé. Cette dernière évoque notamment la mise en danger de certains commerces de proximité, mais aussi la pollution générée par ces livraisons incessantes.

« La préservation du commerce de proximité; la qualité de vie des riverains au regard de la logistique du centre et du trafic des véhicules de livraison; le degré de pollution généré par les véhicules et l’activité du lieu; la politique de ressources humaines menée par Amazon »

000187230_5

La ville a d’ailleurs l’intention de se pencher un peu plus en profondeur sur le service. Elle devrait mettre en place une réglementation pour éviter toute concurrence déloyale.

« La Ville de Paris portera aussi auprès du législateur la nécessité de définir, par la loi, des garde-fous en mesure d’éviter que de tels services ne viennent à constituer une concurrence déloyale à l’égard des commerçants et des artisans »

Mais cela suffira-t’il ?