[Mars] Curiosity roupille depuis deux semaines et ça inquiète la NASA

Espace

Par Pierre le

Il pensait quoi, le rover Curiosity. Qu’on allait lui offrir des vacances gratuites sur Mars ? Non mais il rêve ! Il doit un peu se remuer les rouages pour bosser. Les vacances de Noël, ce n’est pas une excuse, ça, monsieur Curiosity ! Cela fait quinze jours que vous ne faites rien, il va falloir se réveiller !

curi

Curiosity dans la tourmente

Le rover, arrivé sur Mars en 2012, ne bouge plus une roue depuis le 1er décembre dernier. La NASA a en effet constaté un souci avec l’appareil et a donc mis le programme en pause jusqu’à trouver la source du problème.

Le 1er décembre dernier, les scientifiques du Jet Propulsion Laboratory (JPL) ont constaté que le bras articulé du rover fonctionnait mal. Ils ont bien déployé le bras de Curiosity pour effectuer un nouveau forage dans le sol ocre de la planète. Mais au moment d’activer la foreuse, celle-ci a refusé de démarrer. Pour ne pas aggraver la situation, les scientifiques ont donc décidé de le laisser dans cette position. Ils n’ont pas souhaité endommager le bras le temps de mettre le doigt sur le problème.

Curiosity va grimper le mont Sharp
Curiosity va grimper le mont Sharp

Et le problème, ils l’ont trouvé il y a quelques jours. La NASA a en effet indiqué que Curiosity était sur la voie de la guérison et qu’il allait reprendre le cours de sa mission d’ici peu, sans entrer dans les détails techniques de la panne.

Quinze jours on été perdus, donc, mais la NASA a tout de même profité de ce chômage forcé pour prendre des photos avec l’appareil du rover.

pia21256_sol1516mrseq07719-nolabels

Objectif Sharp

Curiosity entre dans la dernière phase de sa mission. En effet, le robot est en train d’escalader le Mont Sharp, qui trône au beau milieu du cratère de Gale. Sur cette montagne, l’appareil de la NASA compte bien faire des prélèvements afin de trouver les preuves d’une vie passée sur Mars.

Les robots, c’est bien, mais quid des hommes ? En tout cas, Elon Musk compte bien en envoyer dans la prochaine décennie.

Source: Source