Nintendo Switch : à quelques jours de sa présentation, on sait désormais presque tout de sa fiche technique

Jeux-Video

Par Gaël Weiss le

Si c’est le 13 janvier prochain que Nintendo dévoilera en détails sa nouvelle console, la Switch, de nouvelles rumeurs récupérées par le très sérieux Eurogamer permettent déjà de dresser le profil technique de l’appareil dans sa quasi-intégralité.

nintendo-switch-8-640x437

De la Switch, on ne connaît officiellement que son principe et une poignée de jeux, suite à sa rapide présentation en octobre dernier. On ne revient pas dessus, il s’agit d’une console que l’on peut détacher de son socle pour pouvoir jouer lors de ses déplacements. Mais jusqu’à présent, on ne savait presque rien de sa fiche technique si ce n’est que Nintendo s’était associé à Nvidia pour le processeur de sa console.

Un écran de 6,2 pouces en résolution HD

A quelques jours d’une présentation plus détaillée, le site anglais Eurogamer, qui ne s’est jusqu’à présent jamais trompé lorsqu’il s’agissait d’informations concernant la NX, est revenu sur les composants de la prochaine console de Nintendo. Dans un article long comme la première partie de Rogue One, Richard Leadbetter revient sur la fréquence de fonctionnement du processeur de la Switch.

nintendo-switch-01

Ce que l’on retiendra d’abord, c’est qu’Eurogamer publie une première fiche technique de la console. Une fiche technique qui pourrait encore être modifiée mais que Nintendo communiquait encore il y a peu aux développeurs. La Switch serait donc équipée d’un écran IPS LCD de 6,2 pouces doté d’une résolution HD (1280×720 pixels). Mais une fois branchée sur son socle, elle serait alors capable d’afficher un flux vidéo en Full HD @60 FPS ou en 4K @30 FPS. La définition en 4K pourrait toutefois ne plus être d’actualité au moment de la sortie de la console, probablement pour des raisons de performances.

Une puce Tegra X1 bridée ?

Car sous le capot se trouverait ni plus ni moins qu’une puce basée sur le Tegra X1, le SoC de Nvidia que l’on trouvait déjà dans la Shield TV, sortie l’année dernière. Mais il y a un mais. Comme le souligne Eurogamer dans son article, Nintendo aurait décidé de brider franchement la partie GPU de sa puce, particulièrement lorsque la console sera détachée de son socle. Ainsi, si la partie CPU disposera d’une fréquence stable en permanence (de 1020 MHz), la partie GPU sera 2,5 fois moins puissante lorsque la console sera détachée du socle, passant d’une fréquence de 307,2 MHz à 768 MHz. Le tout serait associé à 4 Go de mémoire vive et 32 Go de mémoire interne.

nintendo-switch-08

Qu’est ce que cela signifie concrètement ? Que la prochaine console de Nintendo sera très probablement très loin d’égaler graphiquement les consoles de salon de Sony ou de Microsoft. Et donc qu’il est peu probable que les versions des jeux vidéo à venir en 2017 disposent systématiquement d’une version Switch comparable aux versions PS4 ou Xbox One.

Quant à la différence de fréquence de fonctionnement du GPU selon qu’il soit détaché du socle ou non, il est difficile de savoir si cela aura un impact sur les graphismes des jeux. Il ne faut pas oublier que la Switch, dans son mode portable, affichera du 720p et nécessitera donc moins de puissance de calcul. Cette fréquence moins élevée est également un atout pour une console portable : cela signifie une consommation électrique réduite (personne ne s’en plaindra sur une console portable), une chauffe moins importante et donc des ventilateurs moins sollicités. Un plus grand confort pour l’utilisateur en somme.

Une console présentée comme particulièrement bien optimisée

Enfin, il ne faut pas sous-estimer la partie logicielle de la console. Nintendo et Nvidia ont ainsi annoncé lors de l’annonce de la Switch avoir beaucoup travaillé à l’optimisation des kits de développement de la console. Il se murmure ainsi que la Switch serait la première console de jeux vidéo compatible avec l’API de bas niveau Vulkan. Ce qui permettrait ainsi aux développeurs de concevoir et de réaliser des jeux vidéo plus rapidement et surtout de mieux les optimiser avec son hardware.