Un jeune cinéaste a placé un mouchard sur un téléphone leurre pour espionner son voleur

Sur le web

Par Elodie le

Quand la police est noyée sous les plaintes de téléphones volés, certains décident de prendre les choses en mains en espionnant les voleurs.

cineaste-telephone-leurre-espionner-voleur
Sécurité rapprochée

Celui qui s’est déjà fait voler son mobile une fois sait qu’il ne sert généralement à rien d’aller porter plainte pour espérer qu’il soit retrouvé. La police est submergée de plaintes de ce type et ne peut, la plupart du temps, rien y faire. Apple a bien développé l’outil Find my Phone qui, comme son nom l’indique, permet de localiser son téléphone où qu’il se trouve, mais encore faut-il avoir pensé à activer l’option, de même pour désactiver la SIM à distance.

Find my Phone

Cette mésaventure est arrivée à Anthony van der Meer, étudiant en cinéma à Amsterdam et ancien détenteur d’un iPhone… volé donc, lors d’un déjeuner.

Insatisfait de la réponse fournie par les forces de l’ordre, il a décidé de créer un téléphone appât. Pour cela, il a téléchargé un logiciel de sécurité sur un téléphone leurre Android et se l’est intentionnellement fait voler. En restaurant un téléphone, seule la partie utilisateur est effacée, la partie système reste, sauf en cas de mise à jour, ce que le jeune homme a rendu impossible. Pendant plusieurs semaines, il a ainsi espionné le voleur et enregistré tous les soubresauts de son enquête pour en faire un documentaire de 22 minutes, ironiquement baptisé Find my Phone.

DIY, joue au petit espion

Le jeune homme a préinstallé son dispositif avec une application antivol appelée Cerberus, qui permet de contrôler son appareil à distance (depuis Internet ou via SMS), localiser son téléphone, verrouiller ou effacer ses données, mais aussi d’activer discrètement le micro et la caméra du mobile pour « prendre une photographie du voleur ».

Meer a pu suivre à la trace son voleur, mais également prendre une jolie photo en gros plan. Du point de vue de la légalité, on est tout de même dans une atteinte à la vie privée flagrante, voleur ou pas voleur. Jusqu’à preuve du contraire, il est interdit d’espionner les gens, même à Amsterdam. L’objet du documentaire et le fait que personne n’est identifiable à part lui et ses amis limitent les poursuites éventuelles.

Quoi qu’il en soit, le documentaire rappelle si besoin est l’importance de sécuriser son téléphone, où dorment une quantité impressionnante de données personnelles (photos, vidéos, SMS, emails, contacts, etc.)