Les États-Unis pointent du doigt les sites étrangers de piratage

Business

Par Pierre le

Comme chaque année, le bureau américain U.S. Trade Representative (USTR) publie son rapport sur le piratage. Un rapport qui pointe du doigts les différents sites de piratages ainsi que les marchés physiques les plus importants à travers le monde.

matrix-hacker-566x344

Les États-Unis sont très soucieux de la protection de leurs œuvres culturelles – les plus populaires au monde – et dressent donc le bilan du piratage à l’instant T. Le rapport nous informe donc quels sont les moyens mis en oeuvre pour lutter contre le piratage partout dans le monde.

Ainsi, le rapport d’une vingtaine de pages nous indique la liste des sites de partage que les États-Unis aimeraient voir disparaître à l’avenir. Une liste complète dans laquelle l’USTR pointe du doigt certains pays et indique le statut de chacune des offres illégales.

25 sites y sont ainsi répertoriés, avec leur pays d’origine ainsi que les dommages qu’ils peuvent causer au marché américain :

4Shared
Beevideo.tv
Bookfi & Libgen
Extratorrent
Gongchang.com
Movshare Group
MP3vA.com
Muaban.net
Myegy.to
Nanjing Imperiosus Technology co
Pobieramy24.pl
Darkwarez.pl
Catshare.net
Fileshark.pl
The Watch Series.to
Projectfret-tv.to
Putlocker.ch
Rarbg.to
Torrents.ru
Taobao.com
The Pirate Bay
Uploaded.net
Vibbo.com
Vk.com
Youtube-MP3.org

screenshot

Le rapport dresse également un bilan des marchés physiques qui drainent le plus de piratage. Des marchés situés surtout en Asie, même si certains se trouvent également en Afrique ou en Amérique du Sud. Surtout dans des pays où l’offre légale est pratiquement inexistante…

Ce rapport a pour but d’informer les autorités américaines des efforts qu’ils restent à faire en la matière, surtout à l’international. Ces sites sont donc dans le collimateur de l’oncle Sam, qui tient à le faire savoir. Le but du rapport n’est pas en effet de tirer des conclusions, même s’il préconise à un moment d’alourdir les peines, mais bien de faire comprendre quelles sont les cibles que doivent cibler les autorités américaines.

Source: Source