[Piratage] Donald Trump : « Aucun ordinateur n’est sécurisé, privilégiez les coursiers ! »

Sur le web

Par Elodie le

La confidentialité sur internet n’est jamais totalement garantie, Donald Trump a donc une idée toute personnelle pour protéger les informations sensibles : s’en remettre à la bonne vieille méthode avec les courriers postaux.

trump-ordinateurs-sur-coursiers
Home Alone 2

On ne sait pas si cette idée fait partie de son plan pour rendre sa grandeur aux États-Unis (Make America great again), mais elle créerait certainement un grand nombre d’emplois si elle était mise en pratique. 2016 nous l’a prouvé, aucune information n’est à l’abri d’un piratage, mais Donald Trump a son idée pour garder certaines informations confidentielles : laisser tomber les emails et s’en remettre aux coursiers.

Moins d’ordinateurs, plus d’humains

Lors de la célébration du réveillon du Nouvel An à Palm Beach, Donald Trump s’est confié aux journalistes : « Vous savez, si vous avez quelque chose de vraiment important, écrivez-le quelque part et envoyez-le par coursier, la bonne vieille méthode. Parce que, je vais vous dire quelque chose : aucun ordinateur n’est sûr ».

Il n’a pas complètement tort sur la sécurisation des ordinateurs. En outre, un grand nombre de cyberattaques comprend une part non négligeable d’ingénierie sociale, pour implémenter un malware par exemple, et repose donc sur la faille humaine.

Toutefois, une information sensible envoyée par coursier reste tout autant, si ce n’est plus, vulnérable aux interceptions. Plus on intègre d’humains dans le processus, plus la chaîne risque de contenir un maillon faible. Le message transmis peut être intercepté, volé, copié et transmis à l’ennemi.

L’humain n’est pas infaillible

Pourtant, il serait tout aussi simple de sécuriser son ordinateur et ses communications. À chaque piratage, les mêmes conseils apparaissent : un chiffrement fort (de bout-en-bout), une mise à jour régulière des logiciels de sécurité et autres mots de passe, etc.

C’est dans le cadre des accusations de piratage des élections américaines (messageries du Parti démocrate, propagation de fausses informations, etc.) lancées contre les Russes que Donald Trump a été amené à s’exprimer sur le sujet. Le président élu ne croit pas à l’intervention des Russes dans le processus des élections pour faire pencher la balance en sa faveur, quand bien même cela aurait fonctionné.

Source: Source