Drones : le français Parrot va licencier 290 employés

drone

Par Henri le

La période est difficile pour les constructeurs de drone et c’est cette fois-ci le français Parrot qui en fait les frais.

parrot-bebop-drone-2

Le business du drone est particulièrement concurrentiel, et les temps sont durs pour certains grands constructeurs. C’est le cas pour Parrot, qui s’apprête à licencier 290 salariés, dont 200 en France, sur les 1080 que compte l’entreprise.

Une concurrence féroce

Il semblerait que les ventes de Noel aient été moins convaincantes que prévu, ce qui aurait accéléré la décision. Sur le quatrième trimestre, Parrot comptabilise un chiffre d’affaires de 85 millions d’euros, mais prévoyait 100 millions d’euros. Les pertes, qui atteignait environ 60 millions d’euros à la fin du troisième trimestre se sont aggravées malgré un chiffre d’affaires annuel de 230 millions d’euros.

Henri Seydoux / Crédits : Flickr
Henri Seydoux / Crédits : Flickr

La firme aimerait selon elle « revenir à l’équilibre dès 2017 ». Il faut dire que ses concurrents directs venus de Chine, notamment DJI, ont connu plus de succès grâce à des tarifs très agressifs. Parrot aimerait donc se relancer et semble vouloir se concentrer sur le marché professionnel, comme l’a confirmé au Figaro Henri Seydoux, le PDG et fondateur de la marque.

«Le marché des drones reste en croissance. Le secteur professionnel nous intéresse toujours énormément […] Nous devons reconstituer nos marges pour continuer à investir et à développer de nouveaux produits. Nous allons encore surprendre beaucoup de monde. »

C’est d’ailleurs pour cette raison que de plus en plus de drones proposent des services techniques comme de la cartographie, par exemple. Espérons que cette vision soit la bonne