La NASA cherche à créer des instruments pour résister aux conditions infernales de Vénus

Espace

Par Pierre le

L'Enfer existe. Il est même situé dans notre système solaire. L'Enfer, c'est Vénus. Une atmosphère composée à 95% de dioxyde de carbone, une pression de 9,3 MPa à sa surface, de la pluie de dioxyde de souffre et d'acide sulfurique et surtout 465 degrés Celsius de moyenne. La NASA cherche actuellement à concevoir un matériel qui résisterait à ces conditions.

venus

L’Enfer existe

Vénus est une planète semblable à la Terre dans sa composition et son placement par rapport au soleil. Néanmoins, sa petite taille et sa rotation rapide ont contribué à l’effet de serre épouvantable qui sévit maintenant à sa surface.

Les soviétiques avaient déjà envoyé des sondes au sol au début des années 80 (la mission Venera). Mais ces sondes ont tenu un peu plus de deux heures seulement, juste le temps d’analyser l’atmosphère et de prendre une photo. Car c’est bien là le problème : aucun équipement ne peut survivre aux conditions de la planète.

La surface de Vénus
La surface de Vénus

Un équipement à l’épreuve du feu

La NASA travaille pourtant d’arrache-pied sur le sujet et a bon espoir d’arriver à créer un équipement résistant à Vénus. Et le Glenn Research Center est sur la bonne voie. Le centre a ainsi pensé à une puce sur un boitier en céramique protégé par du carbure de silicium. Placé dans un laboratoire simulant les conditions de la planète, l’équipement a réussi à tenir 521 heures sans encombres. Le but est ici de trouver un moyen de protéger les systèmes informatiques, les premières victimes des conditions infernales de Vénus.

G2_CompositeGraphsAPL.pptx

La NASA devra ensuite concevoir un robot capable de fonctionner pleinement sur Vénus. Même si l’essai présenté est une grande avancée, nous sommes encore loin d’une sonde pouvant arpenter tranquillement les plaines démoniaques de la planète.