Les algues survivent mieux que les humains dans l’espace

Espace

Par Pierre le

Vous, pauvre petit humain, ne pouvez survivre dans l'espace sans combinaison. C'est moche, injuste, mais c'est comme ça. Vous ne pouvez rien y faire. Si vous êtes une algue, en revanche, vous pouvez survivre dans le vide spatial. En tout cas, c'est la conclusion d'une expérience qui a eu lieu dans la station spatiale internationale (ISS).

ESA

Deux types d’algues ont passé deux ans à bord de l’ISS, dont deux dans le vide spatial, accrochées à la coque. Renvoyées sur Terre en juin dernier, les plantes ont été étudiées par l’institut allemand Fraunhofer-Gesellschaft. Le verdict est tombé : les algues se débrouillent bien dans le vide spatial.

Pour cette expérience, les scientifiques n’ont pas utilisé des algues sélectionnées au hasard. Nous ne parlons pas ici des algues qu’on peut trouver dans la Manche et qui viennent perturber vos baignades estivales, mais de deux types d’algues bien particuliers. La première se nomme Sphaerocystis et est originaire de l’archipel de Svalbard, dans l’océan arctique. L’autre se nomme Nostoc et peut se trouver dans des endroits reculés, comme l’Antarctique. Pourquoi ces deux là ? Car elles peuvent survivre dans des conditions extrêmes, subissant des températures glaciales et une nuit constante six mois par ans.

Conditions extrêmes

Les deux spécimens d’algues ont donc été placées à l’extérieur de l’ISS. Juste protégées par un sac immunisé contre les radiations, elles ont subi des conditions intenses, survivant entre -20 et +50 degrés Celsius. De même, elle ont été touchées de plein fouet par les rayons ultraviolets. Ajoutez à cela le manque d’oxygène et vous avez un environnement dans lequel il est impossible de vivre… en théorie.

En théorie, puisque les algues ne s’en sont pas si mal sorties. De retour au labo, elles ont été étudiées par les scientifiques allemands, qui se sont rendus compte qu’en plus d’avoir survécu, nos braves algues ont repris leur croissance comme si de rien était.

Mais il ne faut pas crier victoire trop vite. Reste maintenant à savoir si leur ADN n’a pas été endommagé, comme c’est le cas pour des humains. Si leur ADN n’est pas endommagé, ce sera une découverte importante pour la suite de l’aventure spatiale.

L’utilité pour les humains ?

Avoir des algues immortelles, c’est bien beau, mais encore faut-il que cela nous serve à quelque chose. Et ces plantes pourraient se montrer utiles à long terme. Dans les voyages long courriers, par exemple, la flore résistante aux conditions extrêmes pourrait permettre de créer de l’oxygène. De même pour une colonie martienne, projet qui tient à cœur à l’ami Elon Musk. Plus que la conquête spatiale, leur résistance face aux UV pourrait nous permettre de trouver des solutions pour mieux se protéger du soleil.

Algues 1 – Humains 0.

Source: Source