Que vaut They Shall Not Pass, le premier DLC de Battlefield 1 ?

Jeux-Video

Par Mathieu le

Sorti en octobre dernier en France, Battlefield 1 a conquis la Presse et les joueurs du monde entier (vous pouvez d’ailleurs lire notre test, ici). Et l’une des grandes questions des Français, qui laissaient certainement parler leur fibre patriotique, a été de savoir quand est-ce que les soldats de notre beau pays seraient jouables. La réponse d’EA et de DICE ? Ils seront présents dès le premier DLC, nommé pour l’occasion They Shall Not Pass. Ce premier contenu supplémentaire, d’une liste de quatre, s’est laissé approché la semaine dernière lors d’une session test de plusieurs heures.

Avant tout, concentrons-nous quelques instants sur ce que propose ce premier DLC :

4 maps : Soisson, Verdun, Fort de Vaux et Rupture.
Un nouveau mode de jeu du nom de “Ligne de Front”.
Trois nouveaux véhicules, dont un behemoth.
6 nouvelles armes.

Multi, multi, multi

Vous l’aurez vite compris, vous pouvez oublier un éventuel contenu solo ou une “War Story” comme ce fut le cas dans le jeu de base. La partie française du jeu ne sera véritablement jouable qu’en ligne.

Mais si vous faites partie de ces nombreux joueurs qui privilégient le côté multijoueurs, vous allez être heureux. They Shall Not Pass nous dépeint une ambiance extraordinaire de la Première Guerre mondiale. Les quatre cartes sont visuellement sublimes, alternant entre des plaines verdoyantes (on pense aux champs de coquelicots qui vous donneront des frissons), des intérieurs miteux et des décors apocalyptiques.

Il faut bien avouer que DICE a réalisé du très bon boulot et son moteur, le Frostbite Engine, fait honneur aux contrées de notre pays. Mais ce n’est pas tout. Les développeurs ont véritablement insufflé à ce nouveau contenu le désespoir qui pouvait se faire ressentir durant la Première Guerre mondiale. Ainsi, l’ambiance est brutale, nos soldats laissant parfois paraître leurs sentiments à coups de phrases bien senties. On ressent cette atmosphère si particulière qui a pu faire de “La grande guerre” une terre de désespoir et de chaos. Évoquons ainsi Verdun où l’on ressent, si l’on s’intéresse un temps soit peu à l’histoire, la grandeur de ce territoire et de cette bataille ô combien importante pour nous autres Français. Lars Gustavson, en charge du design du jeu, nous a ainsi confié :

Nous voulions vraiment apporter quelque chose de nouveau avec They Shall Not Pass. Il fallait conter une histoire nouvelle et surprendre les joueurs. Dès le premier jour, nous avons adopté une vision totalement différente pour ce DLC français car nous savons qu’ils ont joué un rôle immense dans cette guerre.

Ligne de front

Au-delà de l’aspect purement réaliste du jeu, avouons qu’il apporte sa petite dose de nouveautés bienvenues. On pense ainsi au nouveau mode de jeu “Ligne de Front” qui est très intéressant. Au menu : deux équipes qui s’affrontent pour tenter de capturer un à un les drapeaux de la carte. Sa plus grande qualité est qu’il est constamment changeant, obligeant le joueur à évoluer sur le vif et à prendre rapidement les bonnes décisions pour tenter de faire gagner son équipe. Très tactique tout en ciblant l’action, “Ligne de Front” risque de vous faire passer de nombreuses heures devant votre écran.

Les armes et les véhicules ont aussi le droit à leur version spéciale France dans ce DLC. On retrouve notamment un char d’assaut, le béhémoth, qui est, on doit l’avouer, une petite fierté. Ce tank, qui n’appartient donc qu’à l’armée française, mettra à mal les ennemis qui mettront beaucoup de temps et d’efforts avant d’en venir à bout.

Quant aux armes, elles sont ingénieuses et maniables, et correspondent parfaitement à l’époque. Malgré cela, certaines d’entres elles n’apportent que peu d’intérêt tactique puisqu’elles sont peu puissantes et, techniquement, en dessous d’une grande majorité de celles proposées. Nous avons d’ailleurs interrogé Lars Gustavson sur cette volonté de vouloir coller à l’Histoire française et à ses particularités :

Nous avons bien évidemment étudié l’armée française pour ce nouveau contenu. Toute la technologie est différente et il a fallu s’adapter. Par exemple, l’armée française a eu un rôle différent pour nos équipes en terme de design et de création, notamment pour le tank et les armes. Mais cette étude nous a permis d’avoir de nouvelles perspectives pour le jeu et de créer un contenu réaliste.

Fort d’un contenu qui fait honneur aux Français et d’une réalisation béton, They Shall Not Pass n’en reste pas moins fainéant. Si on est heureux de découvrir ces nouvelles cartes et armes, le fait est qu’il aurait fallu proposer tout de même un peu plus pour marquer l’essai. On aurait peut-être voulu des nouvelles classes de soldats plus originales et surtout un mode “War Story” centré sur la guerre en France. Si le DLC pourra fonctionner au regard de la fibre nostalgique dans notre pays, pas sûr que cela suffise chez nos voisins.

They Shall Not Pass sera disponible dès le 28 mars 2017 sur PC, Xbox One et PlayStation 4 et dès aujourd’hui pour ceux qui ont un pass Premium. Il devrait coûter aux alentours de 15 euros.