[Alors on regarde ?] Iron Fist : que vaut la nouvelle série de super héros de Netflix ?

Série

Par Feel le

La nouvelle série Iron Fist diffusée sur Netflix dès aujourd’hui va nous relater les aventures de Danny Rand, aka Iron Fist. Véritable machine de guerre, cet expert des arts martiaux va avoir fort à faire en revenant à New York après quinze ans d’exil forcé. Héritier de la fortune Rand ? Schizophrène ? Imposteur ? Qui est vraiment Danny Rand ?
Décryptage.

Ce n’est un secret pour personne, le projet commun de Netflix et Marvel est de nous amener petit à petit vers une série Defenders, qui regroupera Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage… et Iron Fist. C’est donc tout naturellement que nous découvrons aujourd’hui la nouvelle série Iron Fist. Enfin, quand je dis « nous », je veux dire « vous », puisque pour notre part nous avons eu la chance de pouvoir visionner en avant-première les six premiers épisodes, et donc d’en savoir un peu plus sur l’intrigue et la façon dont nous est dépeinte le personnage de Danny Rand.

Alors autant vous le dire tout de suite, ça risque de spoiler un petit peu. Vous êtes prévenus.

Milliardaire aux pieds nus

Lorsque la série commence, nous découvrons un Danny Rand à la cool, habillé en lin et pied nus dans les rues de New York. Très vite, il est révélé qu’il n’a pas que la tenue de zen, mais aussi l’état d’esprit. Une sorte de Golden Child sans Eddie Murphy. Danny Rand, la trentaine à peine engagée, est donc de retour à New York, où il compte bien reprendre sa place d’héritier de l’empire Rand, une entreprise brassant plusieurs milliards de dollars. Seul problème : Danny Rand est mort il y a quinze ans, dans un tragique accident d’avion au-dessus de l’Himalaya. Il va donc devoir commencer par prouver son identité, ce qui n’est pas facile quand on ressemble à un clodo et qu’on parle de dragons, de temples situés dans des dimensions parallèles, et de monastères où l’on a appris à devenir une arme vivante. Ce sont d’ailleurs les enfants de Harold Meachum, l’associé de son père qui ont repris les rênes de l’empire Rand, depuis la mort de leur père. Vous suivez ? Non, parce que ça se complique après, donc si vous avez déjà du mal, ça va être difficile…

Je suis Danny Rand ! Enfin je crois…

Ce début de saison nous met face à un Danny Rand adulte, mais avec la candeur d’un enfant. En gros, ce qui est vrai pour lui lui semble totalement acceptable pour d’autres. Cela ne lui paraît pas risqué de parler de son apprentissage à K’un L’un, un temple sacré situé dans une dimension parallèle, à un psychiatre qui le croit complètement fou et doute même de son identité. D’ailleurs, sur ce point, le premier épisode fait énormément penser à ce que les auteurs de comics ont fait récemment avec Marc Spector, le Moon Knight. Les connaisseurs apprécieront, tant le cliffhanger de fin du premier épisode est similaire à l’ambiance de la série du plus célèbre schizo encapé.

Ce doute sur l’identité du protagoniste ne dure toutefois pas bien longtemps et s’estompe dès le second épisode. Ce qui persiste, par contre, ce sont les visions qu’a Danny. Visions de son passé, de la mort de ses parents, et de son maître, qui ne l’a formé que pour une seule chose : détruire The Hand. Mais si, vous savez, le fameux clan de ninjas que Daredevil et Elektra ont affronté encore et encore durant la seconde saison de l’Homme sans peur. Eh bien voilà, l’élu destiné par l’univers à leur coller une peignée définitive est arrivé, et il a des cheveux blonds bouclés.

A-Ya !

Très rapidement, Danny va faire la rencontre de l’autre personnage clé de cette première saison, la jolie et non moins redoutable Colleen Wing. Professeure d’arts martiaux sans-le-sou, elle participe de temps en temps à des combats clandestins de MMA, pour plier du colosse et ramasser quelques billets, quitte à briser un peu le code du Bushido. D’abord méfiante, elle finira par faire confiance à Danny et les deux vont se rapprocher progressivement, dans une relation assez indescriptible. Une sorte d’attirance évidente qui sera toutefois stoppée par la déclaration que fera Danny pendant un repas en tête-à-tête-à-tête (oui parce qu’à un moment, il faut bien placer Claire, l’infirmière qui fait le lien entre toutes les séries), lorsqu’il avouera avoir fait un vœu de chasteté en intégrant le monastère qui a fait de lui le Iron Fist de cette génération. Moins de temps pour les bisous, plus pour les mandales. Ouais !

Mais d’ailleurs, c’est quoi, un Iron Fist ? C’est juste un être humain hyper balèze en arts martiaux, capable de canaliser tout son chi (l’énergie qui circule dans notre corps) en un seul poing (ce jeu de mots incroyable). Pratique quand on a besoin de péter des murs et qu’on a oublié sa masse, cette capacité va le sortir de moult situations compliquées. Et si l’on sait déjà qu’il ne portera pas son costume durant cette saison, ne vous inquiétez pas, vous allez avoir pleinement le loisir de voir Iron Fist en action.

Bagarre !

Difficile en effet d’imaginer une série basée sur un super héros adepte des arts martiaux, sans y voir une multitude de combats. Et Danny Rand ne sera pas le seul à enchaîner les chorégraphies JackieChanèsques, puisque Colleen passera elle aussi une bonne partie de son temps d’image à distribuer des coups de poing, de pied ou de sabre d’entraînement à quiconque croisera sa route sans user des formules de politesse habituelles. Colleen est d’ailleurs un personnage intéressant, une adepte du code du Bushido… mais à temps partiel. Attachée à des valeurs fortes, mais sachant s’en éloigner quand la situation – ou le scenario – le demande, Colleen est un personnage qui casse avec les codes de la James Bond girl qui n’est que le faire-valoir du héros. Et même si elle n’est pas aussi forte que son homologue masculin, elle parvient à tenir tête à tout un tas de brutes avec une facilité déconcertante. Ça et une personnalité de femme forte et indépendante, en font une héroïne qui tient la route.

Quand à Joy et Ward Meachum, les amis d’enfance de Danny, devenus co-présidents de l’empire Rand, le traitement qui leur est accordé est là aussi intéressant. On ne sait jamais vraiment si on les déteste, les apprécie, les prend en pitié ou voudrait juste les voir disparaître dans une colonne en béton, façon Al Capone. Ward, par exemple, est d’abord présenté comme un fumier de première, un arriviste haineux et détestable, avant de révéler ses faiblesses, creusées par des années de manque d’attention par un père lui-même cassé à la racine.
Harold, le papa, dont on apprend rapidement qu’il n’est pas mort, mais vit caché dans une tour d’argent, et œuvre pour le compte du clan de The Hand, semble d’une complexité qu’il risque d’être difficile de développer en une seule saison. Serait-ce une indication qu’il sera une némésis récurrente d’Iron Fist ? Dans le contexte de la série en tout cas, cela ferait sens.

Marvel’s Iron Fist

Iron Fist est donc une surprise intéressante, un ajout curieux mais logique à l’univers Marvel/Netflix, dont on attend de voir le développement. Si vous aimez la bagarre, les coups de pied vrillés et les séries qui permettent de se reposer le cerveau, branchez-vous devant Iron Fist, dès le 17 mars, avec des chips et à boire, et préparez-vous à enchaîner les épisodes.

28 réponses à “[Alors on regarde ?] Iron Fist : que vaut la nouvelle série de super héros de Netflix ?”

  1. Décoder une critique sponsorisée :
    Iron Fist est donc une surprise intéressante, un ajout curieux […]
    les séries qui permettent de se reposer le cerveau…
    C’est un peu quand on dit d’un débile profond, qu’il est gentil. Vous soulez avec vos articles sponso

  2. Ça pu l’article sponso.
    Cette série est plus que moyenne même si ça se laisse regarder.
    Le pire ce sont les combats…

  3. Ou comment essayer de ne pas dire que c’est de la merde sans dire non plus que c’est super. Cet article est une belle pierre apportée à la réthorique et un manque de respect total pour vos lecteurs !

    • Cela s’appelle de la nuance. Le monde n’est pas manichéen. La série est donc intéressante sans entrer au panthéon des réussites télévisuelles. Je viens de la voir et la critique est plutôt objective.

      • Merci.
        D’autant qu’il s’agit en fait d’un portrait des différents protagonistes et non d’une critique à proprement parler. Sinon j’aurais eu d’autres choses à dire. Mais ça n’était pas le thème.
        Ceci dit, j’avoue que ce choix de titre, qui n’est pas de mon fait, peut être déroutant.

  4. Elle m’a beaucoup déçu cette série…
    Déjà, un truc vraiment con : compte tenu de l’ennemi, il aurait vraiment fallu croiser Daredevil, Elektra et surtout Stick (qui a quand même fondé un ordre en guerre contre la main). Hors, si le “Diable d’Hell’s Kitchen” est à peine mentionné, le reste, non !
    Bref, en résumé, le scénario n’est pas vraiment terrible. Quand au retour de Dany Rand, c’est : comment s’y prendre de la pire des façon quand on revient d’entre les morts…
    De plus, tout est franchement prévisible… J’ai senti arriver pleins de trucs globalement dès les deux premiers épisodes (comme le développement du personnage de Colleen ou celui de Ward).
    Cette série n’est clairement pas à la hauteur des 3 premières autrement mieux scénarisées.
    Et puis, sans vouloir être désagréable, le jeu d’acteur de Finn Jones n’est pas mauvais mais sa “maîtrise” des arts martiaux laisse clairement à désirer tant ses mouvements sont imprécis ou approximatifs et, honnêtement, même moi qui ne suis pas un expert, je trouve ça visible comme le nez au milieu de la figure. Daredevil semble même être, en comparaison, un bien meilleur combattant que lui :p.

    Bref, cette série est loin d’atteindre la qualité des deux saison de Daredevil, de Jessica Jones ou de Luke Cage et il va vraiment falloir :
    1) Que Finn Jones prenne de sérieux cours d’arts martial s’il veut être crédible.
    2) Un changement de scénariste contre un vrai BON pour remonter tout ça.
    3) Prier pour que l’équipe aux manettes des autres séries Marvel/Netflix nous fasse un BON Defenders :p.

    • J’avoue, pour avoir enchainé pas mal d’épisodes hier, un “maître” des arts martiaux, on y croit pas trop. Il fait des vrilles acrobatiques de temps en temps mais à part ça…
      Surtout que, et la c’est plus la réalisation, le mec manque de se faire later de peu a chaque combat. 15 ans d’entrainement pour finir si bas, après ce qu’on nous dit de l'”Iron Fist” dans la série, c’est juste pas crédible. Il est censé être au-dessus du lot quand même. Il devrait dominer au minimum 1 fight sur 2 pour qu’on y croit un minimum.

      • Vous avez très bien résumé la série… elle est lente à démarrer (faudra attendre minimum le 3e épisodes pour décoller), le sois disant “maître en arts martiaux” aka l’Iron Fist est une vraie pédale… s’entraîner 15 ans pour se faire tabasser aussi facilement à chaque combat..
        Daredevil, qui ne s’autoproclame pas maître du combat, se fait tabasser et ça peut se comprendre… là c’est crédible.. mais le mec qui revient d’entre les morts un peu con à dire “salut c’est moi” et ne même pas pouvoir utiliser son poing d’acier… c’était décevant de voir que le mec a pu tabasser (SPOILER) un dragon, mais pas des mafieuzo..
        Bref, la série est bien pour passer le temps, un peu lente à décoller, mais ensuite on a bien envie de savoir la suite… moi je donnerais 6/10..

  5. J’ai maté les six premiers épisodes et franchement je comprends pas toutes ces critiques assassines. J’ai préféré le début de cette saison à celle de Luke Cage (où la pour le coup je me suis fait chier). Ok c’est pas de l’or en barre mais ça reste plaisant à regarder.

    • Pareil, je la trouve plutôt sympa. La critique qui revient le plus souvent chez nos amis ricains, c’est celle sur les bad guys qu’on n’arrive pas à identifier car nombreux et ils changent en cours de saison. Alors que c’était selon les mêmes un gros point fort de Luke Cage… Bref je ne fais plus confiance aux critiques et fais mon propre jugement.

    • C’est sympa dans l’ensemble c’est vrai, mais y’a quand même des gros soucis. Je pense qu’on espère surtout que ça s’améliore par la suite. Et pour le coup le personnage principal je ne trouve pas qu’il s’améliore au fil des épisodes, personnellement.
      En fait, les méchants sont de mon point de vue carrément mieux joués que les gentils :p

      • Les méchants plus profonds que les gentils, c’est un classique dans les séries MARVEL/Netflix, quand même.
        C’est un peu en train de devenir leur marque de fabrique 🙂

  6. J’ai regardé la saison en entier.
    C’est une saison moyenne on va dire, elle se laisse regarder parce qu’on sent qu’il y a du budget derrière, du coup çà ne fait pas cheap, ce qui la sauve…
    Pour les points négatifs : le scénario n’est vraiment pas très abouti, tout est un peu bancal. Les acteurs ne sont pas mauvais en soit mais on sent qu’ils ne savent pas trop où ils vont, en grande partie parce que la psychologie des personnages n’est pas crédible du tout (gentil puis méchant puis regentil, fidèle puis rebelle puis re fidèle, sentimental puis sans coeur puis resentimental…).
    Au final, ce qui manque à Iron Fist, et qui avait fait le succès des précédents Marvel made in Netflix, c’est que les scénaristes n’ont pas réussi à intégrer l’univers “surnaturel” Marvel à un monde réel de façon crédible. Là ou Jessica Jones et consort sont des dystopies, Iron Fist reste clairement une série fantastique classique, ce qui peut en laisser certains un peu sur leur faim, avec raison.

    • je pense qu,ils ont manquer leur coup avec cette serie; j,espere que defenders sera pas un autre desappointement comme iron fist. pour un gars qu,il a passer 15 ans avec les monks et les arts martiaux; ca fait pic.la fille est meilleur que lui; ca devrait etre elle iron fist.

  7. Pour ceux qui ne l’auraient pas saisie, l’arrivée de Rand pieds nus dans la ville est une référence directe à la série Kung Fu avec Carradine.

  8. Ça se regarde mais sans plus. La ou toutes les autres séries avaient un style propre, ben celle-là
    elle à rien…

    • C’est clair que passé les premiers épisodes qu’on a eu pour faire cette présentation, qui n’est même pas une review, ça se gâte. J’espère sincèrement que Defenders va relever le niveau, parce que là, ça commence à faire beaucoup de bruit pour pas grand chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *