Donald Trump veut une mission sur la planète rouge avant 2025

Espace

Par Pierre le

La prochaine grande étape de l’histoire humaine, c’est la conquête de Mars. Des entreprises privées, comme Space X d’Elon Musk, pourraient griller la priorité aux Etats dans cet exploit. Mais Donald Trump n’est pas vraiment de cet avis.

Ground control to Major Don

Donald Trump a passé un coup de fil à Peggy Whitson et Jack Fischer, les deux astronautes américains actuellement dans la station spatiale internationale, afin de les féliciter. Puis, le président Trump a évoqué la question martienne, selon The Next Web.

Donald Trump : Dites moi… Mars. Quand pensez-vous que nous pourrions envoyer des hommes sur Mars ? Il y a un calendrier, mais quand pensez-vous que ça arrivera ?
Peggy Whitson : Eh bien, je pense que nous pourrions y arriver dans la décennie 2030. Nous concevons actuellement le matériel pour tester le lancement d’un nouveau grand vaisseau, ce véhicule nous emmènera plus loin de la Terre que nous ne l’avons été auparavant. Malheureusement, les voyages spatiaux prennent du temps et de l’argent et requièrent une coopération internationale pour réussir, juste car c’est très cher. Mais ça vaut le coup.
Donald Trump : Eh bien, nous allons essayer d’y arriver avant la fin de mon premier mandat, au pire, pendant mon deuxième. Nous avons juste à accélérer un peu la cadence, okay ?

Donald Trump a donc annoncé un objectif clair : mettre un homme sur Mars avant 2021, la fin de son premier mandat, ou au pire avant 2025. Plusieurs problèmes se mettent pourtant en travers de sa route : Le budget, colossal, que nécessite une conquête martienne, tout d’abord. Des problèmes techniques liés au voyage, ensuite. Par exemple, la NASA n’a pour le moment pas encore trouvé la solution pour protéger les humains des rayons solaires dans l’espace, ce qui rendrait l’aller potentiellement mortel.

Des problèmes politiques, ensuite. Le président Trump connait une opposition farouche dans son pays et pourrait ne pas mener ce projet coûteux qui pourrait diviser l’opinion. Sans compter le fait qu’il pourrait ne pas être réélu en 2020. Tout ça, bien sûr, en supputant le fait que Trump n’ait pas sorti ce projet du chapeau pour meubler la conversation.

Néanmoins, c’est tout à son honneur de vouloir remettre la conquête de Mars sur le tapis, alors que les sociétés privées cravachent dur sur le sujet. Elon Musk, par exemple, veut fonder une colonie sur Mars dès 2026. Un projet ambitieux, mais réalisable, selon le milliardaire.

La course est donc lancée pour savoir qui du privé ou du public réussira à faire main basse sur Mars en premier.

Source: Source