Pour Xiaomi, la commercialisation de ses smartphones en Europe ou aux États-Unis n’est plus à l’ordre du jour

Smartphone

Par Gaël Weiss le

Dans une interview accordée au site américain Engadget, le vice-président de Xiaomi a annoncé que la marque chinoise ne comptait pas commercialiser son récent smartphone Mi6 en Europe ou aux États-Unis. Ces marchés ne sont (toujours) pas une priorité, Xiaomi souhaite en effet se concentrer sur les territoires asiatiques où la marque est déjà présente.

Le Xiaomi Mi Mix.

L’internationalisation de Xiaomi est une véritable arlésienne. Le constructeur de smartphone chinois est en effet attendu de longue date en occident. Il faut dire que ses smartphones sont à la fois beaux, puissants et surtout vendus à des tarifs défiants toute concurrence. On a pourtant longtemps cru que son lancement sur les marchés occidentaux serait imminent. Après tout, l’arrivée de Hugo Barra — l’un des pères d’Android et ancien pilier de Google — au poste de vice-président de Xiaomi en octobre 2013 était un signe de la volonté de la marque chinoise de se lancer aux États-Unis et à l’international d’une manière générale.

Xiaomi préfère se concentrer sur les marchés asiatiques

Hugo Barra a finalement quitté son poste au début de l’année et a été remplacé par Wang Xiang. C’est ce dernier qui a été interrogé par des sites web américains comme Engadget ou Cnet. Il a ainsi déclaré que l’internationalisation de la marque n’était pas encore d’actualité pour Xiaomi. L’objectif actuellement est de répondre à l’énorme demande des 30 pays asiatiques où est déjà implanté Xiaomi, qui subissent régulièrement des ruptures de stock. Le seul moyen pour des occidentaux d’acheter des appareils Xiaomi est alors de passer par des importateurs en ligne.

« Même si nous ne vendons pas nos produits aux États-Unis ou en Europe, nous sommes désolés de ne pas servir correctement ces clients a expliqué Wang Xiang ». Et de rajouter que Xiaomi a fait le choix de de se concentrer sur un marché de masse — les marchés asiatiques — et non pas sur des marchés premium et saturés, comme c’est le cas en Europe.

Pour autant, Xiaomi ne ferme pas totalement la porte des marchés occidentaux. Wang Xiang a expliqué à CNet que Xiaomi se laissait encore deux ans avant d’attaquer le marché américain. L’objectif est donc de vendre des smartphones aux États-Unis en 2019, le temps de mettre au point des appareils compatibles avec les bandes 4G de chaque pays, mais aussi de passer correctement les tests de certifications des différents organes de validation des appareils électroniques.

Bref, autant dire que Xiaomi n’est pas prêt d’arriver officiellement dans nos contrées. C’est d’autant plus dommage que ses derniers smartphones, le Mi Mix ou Mi Note 2, se révèlent excellents.

Source: Source