On a testé le Game Master Mode de Divinity Original Sin 2

Jeux Vidéo

Par Pierre le

C’était l’un des objectifs du Kickstarter du jeu de rôle de Larian Studios : Divinity Original Sin 2. À deux millions de dollars récoltés, le studio promettait d’inclure un Game Master Mode, afin de simuler une partie de jeu de rôle papier en marge de la campagne solo. Les deux millions ont été récoltés et la promesse va être tenue.

+2 en aventure

Conçu comme un module à part du jeu original, le Game Master Mode, ou GMM, est un mode qui simule une partie de jeu de rôle papier, comme Donjons et Dragons pour ne citer que le représentant le plus connu du genre. Larian propose ainsi un outil permettant à des Maîtres du Donjons de concevoir rapidement et simplement des aventures similaires à des campagnes de jeu de rôle papier. Pensé comme un véritable support pour une partie de JDR en ligne, il laisse aussi une liberté quasi-totale au maître du jeu.

Ainsi, le maître du donjon prépare sa campagne en amont avec des outils magiques appelés papier et crayon, mais en s’aidant du créateur du GMM de Divinity Original Sin 2. Sur le jeu, le MD peut ainsi mettre en place des environnements (parmi une centaine proposés), les peupler de PNJ et même créer des objets aux possibilités infinies. En plus de cela, il dispose d’autres outils, comme la possibilité d’ajouter des vignettes pour raconter son histoire en cas de situation inapplicable en jeu, et le contrôle total des scènes et des PNJ.

Le MD prépare ses maps à l’avance et peut les modifier en jeu sans que les joueurs s’en aperçoivent
Des vignettes permettent de mettre en scène des situations impossibles en jeu

Un outil simple, extrêmement fouillé, qui n’a pas besoin d’être étudié pendant des heures pour créer quelque chose de correct. Fonctionnalité ultime, le MD peut modifier ou rajouter une scène facilement et surtout rapidement dans cet outil. Ainsi, il peut créer une campagne solide et modulable pour la partager à ses amis lors de parties en ligne. Bien entendu, les moddeurs pourront enrichir ce contenu au fil des mois et Larian promet d’y ajouter du contenu officiel après la sortie du jeu.

Mais comment ça marche ?

Créer un outil pour les autres joueurs, nous avons déjà vu ça. Les plus anciens se rappelleront par exemple de l’éditeur de Neverwinter Nights. Larian ne cherche pas à nous gratifier d’un énième éditeur de niveau. Concrètement, comment s’utilise le Game Master Mode ? Comme un JDR papier, tout simplement.

Branchez-vous avec des amis sur une partie hébergée par le MD et lancez l’aventure. Vous voilà aux commandes d’un personnage de votre création (fait avec le système du jeu) dans un décor installé par le Maître du Donjon, exploitant bien entendu le moteur du jeu, en groupe avec des amis à qui vous parlez sur Mumble ou Teamspeak. Tous les dialogues et les descriptions sont prononcés par le maître du donjon, comme dans une partie de JDR classique.

Les joueurs interagissent entre eux et avec le MD à l’oral, comme dans un JDR papier classique

Le MD vous laisse ensuite faire ce que vous voulez dans une campagne créée par ses soins. Prenons un exemple très concret tiré de notre expérience :

Nous sommes dans une partie avec quatre joueurs plus un game master. Nous voici à progresser dans une forêt et un énorme monstre nous barre le passage. Il est là, en train de déguster tranquillement un animal mort et ne nous a pas vu. Entre les joueurs, la discussion commence pour savoir comment passer cet obstacle.

Le nain veut foncer dans le tas. Le clerc, lui propose de faire demi-tour afin de trouver un autre chemin tandis que le mage (moi en l’occurrence), a l’idée de faire du bruit au loin pour attirer l’attention de la créature. Une configuration que nous pouvons retrouver dans un JDR papier. Au Game Master ensuite d’improviser et de faire preuve de talent.

Finalement, le groupe se met d’accord sur mon idée. Nous demandons donc au guerrier de jeter une pierre au loin pour attirer le monstre. Le MD affiche donc un lancer de dé (il a le choix entre les traditionnels D4, D6, D8, D20 etc) et la force du guerrier contribue à la réussite du jet. De son PC, le Maître du Donjon prend donc le contrôle du monstre et l’éloigne de la route. Notre groupe peut donc passer en toute tranquillité.

Le MD peut simuler des jets de dé pour déterminer une action

Autre scène, autre décor, nous voilà en face d’une escouade de gobelins qui nous tend une embuscade. Le combat est inévitable. Le GM lance donc la phase combat, qui utilise le système du jeu de base (tour par tour dynamique). Si les joueurs doivent attendre leur tour pour jouer, le Maître du jeu prend ici le contrôle de tous les monstres et peut même jouer avec l’environnement. Par exemple, votre cher mage fait exploser un baril d’huile qui met le feu au camp gobelin et crée une panique totale. Le maître du donjon a voulu corser un peu l’affaire en modifiant légèrement le climat, déclenchant une tempête qui éteint prématurément l’incendie. Ici, c’est la pluie qui est venue jouer les trouble-fêtes, mais le GM dispose d’une large palette d’outils pour agrémenter le jeu.

Dans les combats, c’est joueurs contre Maître du Donjon

Le Game Master Mode de Divinity Original Sin 2 se montre donc intéressant. Véritable itération du jeu de rôle papier, il propose non pas de remplacer une soirée bière, pizzas et JDR, mais bien d’offrir un outil pour les groupes ne pouvant pas forcément se réunir physiquement une fois par semaine ou ceux voulant découvrir la chose par un biais plus graphique. Larian promet ainsi des parties sans aucune limite (sauf pour ce qui est de l’univers, qui devra rester uniquement heroic fantasy et qui utilisera la direction artistique du jeu). Aux maîtres du donjon de faire ce qu’ils veulent ensuite.

JDR oblige, de petites respirations RP viennent agrémenter l’aventure

Un outil qui devra prendre auprès des joueurs, pour ainsi s’enrichir au fil des mois pour le faire vivre. Un pari risqué pour un studio qui a consacré beaucoup de temps au développement de ce mode de jeu. Mode qui ne dépendra que de la communauté. En tout cas, c’est la première fois dans l’histoire du jeu vidéo que nous auront un outil si riche et précis simulant une partie de JDR sur table.