On a testé une salle ICE, une façon “premium” d’aller au cinéma

Cinéma

Par Henri le

Si la capitale offre une programmation très diversifiée, c’est moins le cas en grande banlieue ou à la campagne. Le groupe CGR veut se démarquer avec un concentré des meilleures technologies actuelles.

Les exploitants de salles de cinéma se doivent d’attirer plus de spectateurs, et la concurrence est parfois féroce. C’est pour cela que de plus en plus de grands groupes se décident à investir dans des dispositifs plus luxueux, qui permettent de se démarquer des autres. Cela peut passer par un aspect purement technologique, comme nous avons pu le voir avec la 4DX, qui propose une expérience « dynamique et sensorielle », mais pas seulement.

Après Blagnac (près de Toulouse) et La Rochelle, le Groupe CGR a récemment inauguré une nouvelle salle dans son multiplexe de Torcy. Baptisé ICE (pour Immersive Cinematique Experience) cette dernière est équipée des dernières technologies visuelles et sonores disponibles.

Une image et un son sublimés

L’image est assurée par un projecteur laser 3 DLP qui propose une image 4K d’excellente qualité. Ce dernier a l’avantage de produire une luminosité allant jusqu’à 60 000 lumens. Si une telle luminosité n’est pas forcément nécessaire pour un film classique, elle devient en revanche très intéressante pour les films en 3D, dont l’image parait souvent assombrie. Nous avons pu le constater lors de la projection de Pirates des Caraibes 5. Le film, qui se déroule quasiment exclusivement en extérieur, est effectivement plus lumineux. On a nettement moins l’impression qu’un voile recouvre l’image.

L’aspect sonore n’est pas oublié puisque la salle est équipée de la technologie Dolby Atmos. Elle offre 52 sources différentes, réparties sur 53 enceintes et 35 amplificateurs. Cela fait un petit moment qu’elle est disponible, mais il faut bien avouer qu’elle se prête particulièrement bien aux blockbusters. En effet, il est ici possible de ressentir la verticalité du son. Fini la stéréo, on entend clairement lorsque quelque chose passe au-dessus (ou en dessous) de nous. Les basses impressionnent aussi par leur clarté, comme lorsqu’un orage éclate.

Si le summum des technologies sonores et visuelles offre évidemment une très bonne expérience, les salles ICE se démarquent en intégrant le système LightVibes, conçu par Phillips. Cousin éloigné de l’Ambilight présent sur ses télévisions, ce dernier consiste en une série d’écrans verticaux placés des deux côtés de la toile principale, censé offrir une sensation de prolongement de l’image. Lorsque le média est compatible, ils peuvent s’allumer et s’animer en fonction du film projeté. Si vous regardez un long-métrage se déroulant dans l’espace, vous y verrez par exemple des étoiles et des comètes.

Idéal pour les concerts ?

Le film projeté n’étant pas compatible (le prochain sera Valerian de Luc Besson), il nous était difficile de se faire une idée sur le long terme. La technologie nous a quand même étonné positivement lors de la retransmission d’un concert d’Imagine Dragon. Après quelques minutes, force est de constater que les effets lumineux couplés à la précision du son offrent une expérience vraiment augmentée. Je me verrais bien regarder un concert de type Woodstock dans ces conditions, alors que l’idée ne m’intéressait que pour l’opéra auparavant.

Ce service de qualité supérieure se retrouve aussi dans la disposition de la salle. Les fauteuils sont plus larges, inclinables et laissent plus de place pour les jambes. L’assise est donc nettement plus confortable. Deux agents se trouvent à l’entrée de la salle et vous accompagnent pour vous asseoir. Il est d’ailleurs possible de réserver sa place dans la salle pour ne pas avoir à se presser.

La stratégie derrière ce concentré de technologie

Mais alors, à qui se destine ce type de salle ? À quinze euros la place, elle vise les spectateurs à la recherche d’une occasion spéciale. Clairement destinée aux blockbusters, elle pourrait séduire les foules lors de la sortie d’une oeuvre très attendue comme Star Wars ou Blade Runner. Étant donné que le complexe est entouré de restaurants, ce type de séance se prête bien au samedi soir ou jours fériés, dans le cadre d’une soirée complète avec sa compagne ou des amis.

Crédits : 1001 salles

Avec plus de 1,2 million d’euros de travaux, elle a nécessité deux fois plus d’argent qu’une salle régulière. L’intérêt n’est donc pas de rentrer rapidement dans ses frais, mais de faire de la pub au complexe tout entier. C’est avant tout pour cela que ce type de salle se destine à la grande banlieue. Comme pour Blagnac, le public visé ne réside pas qu’à Torcy, mais dans toutes les villes alentour. Reste à savoir si le tarif ne sera pas trop élevé pour les plus jeunes, mais les premiers retours semblent marqués d’enthousiasme.

34 réponses à “On a testé une salle ICE, une façon “premium” d’aller au cinéma”

  1. Ces cinémas qui ne proposent que de la vf ne méritent que dédain.
    Avoir 10ans de retard dans le choix de programmation c’est ridicule pour du soit disant “high tech”.

      • 10 ans de retard parce que ça fait 10 ans que des tas de français téléchargent les séries us le jour de leur sortie en vostfr et se sont habitués à ce format là.
        10 ans de retard parce “qu’1 français” sur 5 soit JUSTE (vraiment?) 20%”de la population parle l’anglais couramment et n’a pas envie de supporter des doublages foireux et dégueulasses.
        10 ans de retard pour faire semble-t’il plaisir à une frange de français attardés qui ne supportent pas l’idée même que les films puissent aussi être proposés en vo à côté de la vf pour ceux qui préfèrent ce format.

        • Hahaha changer la programmation de centaines de cinémas juste parce que 20% de la population n’est pas contente ?
          La démocratie tu connais ? La voix de 80% de français est bien plus importante que celle des 20% mon ami 😉
          A méditer …

          • Je n’espérai pas une réponse intelligente je ne suis pas déçu.
            Tu sais que la plupart des cinémas ont plusieurs salles et plusieurs horaires? 99% des français n’ont pas besoin de tracteur, ce serait donc logique de ne pas en vendre?
            Le niveau de réflexion de l’amateur de vf est toujours aussi impressionnant.

        • 80% des français ne parlent pas couramment l’anglais. Sur les 20% restant, dont je fais partie, certain, comme moi, préférent parfois ne pas se prendre la tête.

          Quel est selon toi le pourcentage de personnes voulant regarder leurs films en VO ?

          10% tout au plus. Et sur ces 10%, une grande majorité ne posera pas de problème si ils sont forcé de le regarder en français.

          Et dans le reste, y a les gens comme toi, qui insultent les autres 95% d’attardé.

          A tu déjà géré un cinéma, sais-tu combien ça coute d’acheter les droit d’un film en deux langues, combien ça coute d’immobiliser une salle pendant 3h ?

          Tu aime les films en VO, c’est bien. Mais tu es minoritaires, et n’a pas la moindre idée de ce que coute tout ça, alors, merci de pas critiquer ce que tu ne connais pas.

          • Je critique les sales baltringues extrémistes qui s’offusquent à l’idée même qu’un film puisse être proposé en vo. L’idée même de proposer du choix te sort donc par les yeux?
            T’es pas capable de suivre un film en anglais du coup tu considères qu’aucune séance ne devrait être proposée à ceux -nombreux- qui le peuvent?
            Bravo, belle ouverture d’esprit!
            Et on n’est plus à l’époque de la bobine argentique couteuse. le cinéma est passé au numérique, le coût de la copie n’est plus un problème. Et le cout du film pour le cinéma est un pourcentage de chaque billet vendu. Pas une somme fixe.

            Je ne demande pas que toutes les séances soient vo, mais au moins quelques unes.
            Mais bon je comprends le raisonnement, vivement que touche pas à mon poste et les cthis à miami soient diffusés non stop sur toutes les chaines de télé disponibles. Après tout une majorité de français ne veut pas se prendre la tête. Autant cracher sur les autres.

          • Relisez la dernière phrase de votre post, puis la première. Comprenez vous l’ironie de la chose ?

          • Non. Parce que j’ai un cerveau. Pour me mettre à ton niveau :
            Moi vouloir avoir choix entre vo et vf. Toi gros attardé consanguin, ne veut que vf au cinéma.
            Capiche? Je comprends mieux pourquoi tu restes à la vf. Tu as déjà du mal avec la langue française.

          • OUA TOI AVOIR LAIR TROP GROS CERVELLE POUR MI ALORS MI TAPER TI COME CA TI ET MI PAREIL

          • Tu es en train de t’enflammer tout seul. Et tu t’enfonce par la même occasion.

          • Tu ne comprends pas l’ironie dans le fait que, d’un coté tu prétends que les français “crachent sur les autres.”, et que de l’autre tu commence tes messages avec “sale baltringue extremiste” ?

          • Sinon, tu a lus mon message ? Celui où je dis que je parle anglais couramment, mais que la VO ça coute de l’argent ?

            Je te repose la question : tu sais combien ça coute des droits de diffusion dans une langue ou dans deux ?

          • Sauf qu’une salle VF, tu la rempli bien plus facilement qu’une salle VO, puisque les gens qui veulent la VO sont 10 fois moins nombreux.

            Donc, c’est moins rentable.

          • Ou, pour t’expliquer un peu l’économie :
            Les frais de diffusion dans une langue sont des sommes fixes.

            Un peu de math.
            Imaginons que tu achete a 1 millions d’euro les droits de diffusion en français, et que tu vende 1 millions de billet en VF
            Imaginons que de l’autre coté, tu achete a 1 millions d’euro les droits de diffusion en anglais, mais que, comme il y a beaucoup moins d’interressé, tu ne vends que 200 000 billets.

            Qu’est-ce qui te coute le plus cher, la VO ou la VF ?

            Indice : la VF te coute 1euro par ticket, la VO te coute 5euro part ticket, le prix du ticket est le même pour la VO ou pour la VF.

          • Ha bin oui, effectivement. Dans ton monde ou tu inventes les règles tu as raison.
            Dans le monde réel par contre, pas du tout.
            Les distributeurs n’achètent pas les “droits du film en vf” puis “les droits du film en vo” à un prix fifou.
            Les producteurs sont payés par un % du prix du billet. De même que les distributeurs. Tout comme le cinéma. Le reste étant diverses taxes.
            Mais bon tu peux toujours imaginer tes propres règles.

            Et étrangement des villes comme Paris et Lyon s’en sortent très bien malgré une forte diffusion de films en vo. Je ne demande pas aux cinémas hors grandes villes d’en diffuser autant, bien entendu, je ne suis pas aussi attardé que toi. Mais juste de faire un minimum d’effort envers un frange de plus en plus importante d’amateurs de cinéma qui préfèrent s’épargner un himym en français.
            Une ou deux séances par semaine, est-ce si dur?
            M’enfin un mec qui se complait à regarder un old boy ou un inglorious bastard en français pour se reposer ne peut pas comprendre.

          • http://www.collectivision.fr/
            Tu confonds les droits d’auteurs, qui représentent effectivement un pourcentage, et droit de diffusion, qui sont des sommes fixes, que tu pourra consulter sur ce site.

            “Et étrangement les villes les plus peuplée de France s’en sortent très bien”
            #génius

    • Les choses évoluent, ils ne faut pas être extrémiste non plus. Au megaCGR près de Bordeaux ils s’y sont mis. Dès qu’un film est aussi en VO, je privilégie ces séances. Certes il y a moins de monde et les salles sont petites, mais c’est en y allant que les choses évoluent.

  2. d’accord mais au finale c’est quoi le mieux entre sa et IMAX ? car imax j’ai test a quai d’ivry avec un écran immense et un son vraiment très bon

    • Faudrait que tu teste le IMAX de Disney, rien à avoir avec les autres IMAX. C’est juste impressionnant, autant pour la taille de l’écran que pour le son.

      • Ah ouais ? je regarderais sa merci de l’info après ça répond pas a ma question principale lol entre imax et le “ICE”

  3. “Reste à savoir si le tarif ne sera pas trop élevé”
    Quand on voit le prix des places “classique” au cinéma aujourd’hui ….

  4. Un projecteur qui envoie de la 4K mais laissez moi rire….Sinon la définition d’un projo est proche du nul tellement c’est flou…. LG propose d’équiper les cinéma de dalles OLED 4K mais pas le meme prix qu’un projo merdique

  5. Je suis d’accord avec la personne qui parle de la VO, c’est incompréhensible, et j’ai déjà protesté contre cela auprès du CGR Torcy justement… demandant pourquoi, dès qu’on franchit les portes du périf, on semble nous prendre pour des demeurés analphabètes incapables de lire des sous-titres ? Mais on m’a répondu que lorsque cela a été tenté, les salles sont demi vides. Et quand par miracle ils proposent un film en VO, ils prennent soin de vous avertir à la caisse d’un air navré et affolé, “attention, c’est en VO”… Oui, merci, c’est ce que je voulais, pas d’inquiétude ! Incompréhensible. Les nouveaux spectateurs sont donc à ce point là de paresse intellectuelle ? Ils veulent de la bouillie prémâchée, avec des merveilles technologiques et un son extraordinaire, pour écouter un doublage pourri plaqué sur le dialogue joué par les acteurs ? Il n’y a aucun besoin de comprendre et parler couramment une langue pour préférer la VO, je le précise pour la personne qui objecte que “20% seulement de la population parle l’anglais”. Quel rapport ? Pas besoin de parler la langue, il suffit de savoir lire; je suppose que c’est le cas d’une majorité de la population, cette fois ? Du moins je l’espère. Pour ma part, je vais voir des films en VO en anglais, en espagnol, en italien, que je comprends (cela ne m’empêche pas de lire les sous-titres, d’ailleurs, pour plus de facilité) mais aussi en allemand, en indien, en russe, en finnois, en thaïlandais ou en vietnamien le cas échéant ! Je ne suis pourtant pas multilingue, juste cinéphile ! La langue fait partie intégrante de l’ambiance du film, du jeu des acteurs. La façon dont ils s’expriment dans leur langue est importante; leur voix fait partie de leur jeu et de leur personne; tout doublage fait plaqué, c’est horrible et cela dénature le film. Et j’adore en plus les films étrangers comme j’adore les voyages : on se sent dépaysé; on est dans une autre ambiance, une autre culture; comme quand on voyage à l’étranger; mais imaginez aller voyager dans un pays et que les habitants soient doublés par un quelconque procédé technologique, et vous parlent votre langue avec une voix qui n’est pas la leur…. Vous aimeriez ?

  6. Projecteur 4K, le son Atmos, il y a ça dans plein de cinéma maintenant. Les sièges en cuir où tu as les fesses qui collent après 2h de film ou les sièges qui s’inclinent trop pour voir l’écran, je ne suis pas certain que ce soit ce qu’il existe de plus confortable. Non, le seul intérêt de cette salle réside la technologie light vibes (effets lumineux périphériques qui vous plongent au cœur du film) et ça c’est vraiment bluffant !!! Le seul problème c’est qu’il n’ a pas ou très peu de films qui sont proposés avec cette technologie. Même le dernier Star wars ne le propose pas…. du coup on paye 15 euros la place de ciné juste pour suer sur un siège en cuir… déception…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *