Avec sa fausse pub’ proposant la Freebox Mini à 0 euro, Free souligne l’opacité des tarifs des box de ses concurrents

Business

Par Gaël Weiss le

Depuis vendredi dernier, Free diffuse sur les réseaux sociaux une publicité étonnante. On peut y lire : « Forfait Freebox mini 4K : 0€ / mois à vie », suivi d’une astérisque menant à des petits caractères : « location de box nécessaire : + 29,99 euros par mois ». Mais derrière la blague – car il s’agit bien d’une fausse pub – se cache en fait un tacle de Free à l’encontre des autres FAI, qui abusent depuis quelques années de ces fameux frais de location pour alourdir un peu plus la facture de leur client chaque mois.

« La pub que vous ne verrez jamais chez Free ! ». Voilà le commentaire qui accompagne cette fameuse image sur le compte Twitter de Free. Si la société de Xavier Niel prend le parti d’en rire, en coulisses, les dirigeants de Free veulent faire de ces frais de location un nouveau cheval de bataille.

Ces frais de location de box Internet, ils sont désormais présents chez tous les opérateurs… Sauf chez Free justement. Si j’en crois 01.net, Orange a été le premier opérateur à mettre en place des frais de location sur ses box, de l’ordre de 3 euros par mois, rapidement suivi par SFR (5 euros par mois) et Bouygues Telecom (3 euros par mois).

Des frais de location bien cachés dans les petites lignes

Le problème, et ce que reproche Free à ses concurrents, c’est que ces fameux frais de location ne sont jamais explicitement affichés sur les tarifs des offres des FAI. Ce qui a le don d’agacer profondément Free. Lors d’une conférence de presse tenue au début du mois, Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad, a déclaré qu’« il est temps que tout le monde affiche le véritable prix des box » (via 01.net). Car dans un secteur aussi concurrentiel que celui de l’Internet fixe ou du mobile, les tarifs sont le nerf de la guerre, celui qui attire le plus rapidement le client.

Une offre Internet fixe d’Orange prise aujourd’hui sur son site Internet. On vous laisse plisser les yeux pour trouver les frais de location de la box.

Autre sujet d’agacement de la part de Free, les mentions « à vie », que l’on trouve de plus en plus souvent sur les offres de SFR. Ce dernier affiche ainsi de plus en plus souvent des tarifs valables « à vie » sur quelques-uns de ses forfaits. Le problème, c’est que ces tarifs « à vie », SFR peut les augmenter ou les modifier à n’importe quel moment, à condition de prévenir – même discrètement ou sous couvert d’un « surclassement » – leurs clients. Certes, en cas de modification des tarifs, les clients ont la possibilité de résilier leur forfait, mais l’expression est abusive.

Les FAI forcés de modifier l’affichage de leurs tarifs d’ici le début de l’année prochaine ?

Ces frais de location manquent donc véritablement de clarté de la part des FAI, ce que n’a pas manqué de remarquer la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). La semaine dernière, le journal Les Échos affirmait ainsi que l’administration française a envoyé un courrier aux FAI « leur demand[ant] de respecter les règles du jeu en matière d’information sur les prix pratiqués dans le cadre de la commercialisation d’une offre internet fixe ».

Dans ce courrier, la DGCCRF se montre claire : « Dans le cas où une offre d’accès internet fixe proposée au consommateur comporte la location payante d’une box, le prix annoncé dans vos publicités et communications commerciales doit indiquer la somme totale qui devra être effectivement payée par le consommateur ». Elle demande ainsi aux FAI de se conformer à la loi et de modifier l’affichage de leur tarif avant 1er février 2018. Dans le cas contraire, les opérateurs risqueront une amende de 15 000 euros. Une amende au montant très faible et qui ne devrait pas se montrer très dissuasive…

Source: Source