TripAdvisor a censuré des témoignages d’agressions et de viols survenus dans des hôtels

Sur le web

Par Elodie le

Le site de recommandations est accusé d’avoir délibérément supprimé plusieurs fois un commentaire relatant un viol dans un établissement hôtelier, puis d’avoir procédé de même pour d’autres témoignages sous couvert d’une politique de modération bien opportune.

En pleine libération de la parole contre les violences sexuelles, #metoo, #balancetonporc, TripAdvisor se serait bien passé de cette mauvaise presse. La société de recommandations et d’avis des consommateurs spécialisée dans le tourisme est accusée d’avoir, à de multiples reprises ces dernières années, supprimé des commentaires de personnes ayant subi une agression sexuelle ou un viol dans des établissements recommandés sur le site.

Rapportés par le Milwaukee Journal Sentinel, les préludes de cette histoire remontent à 2010. Kristie Love rapporte alors sur le site comment elle a été violée par un agent de sécurité de l’hôtel mexicain Iberostar où elle était descendue.

Des multiples alertes censurées

C’est en enquêtant sur la mort mystérieuse d’un étudiant du Wisconsin au Mexique que le journal rencontre Kristie Love. Celle-ci leur explique que sa publication a été supprimée en raison des règles d’utilisation de TripAdvisor : certains termes présents dans son commentaire n’étant pas « family friendly ». Et pour cause. En même temps, des familles se risqueraient-elles à se rendre dans ce type d’établissement ?

La même chose s’est produite avec une jeune fille de 19 ans en vacances avec sa famille dans le même hôtel, seulement un an plus tard. En 2015, une autre femme âgée de 34 ans rapporte un viol à l’Iberostar après qu’elle et son mari ont soudainement perdu connaissance en pleine journée après avoir bu seulement trois verres.

Elle aussi a tenté d’alerter la communauté TripAdvisor, mais le site a refusé de publier ce qu’il considérait alors être des « oui dires », même si elle évoquait son expérience personnelle. Elle précise en outre qu’elle n’aurait jamais réservé dans cet hôtel si TripAdvisor n’avait pas censuré le commentaire de Kristie Love.

Une modération obsolète

TripAdvisor c’est le site sur lequel vous vous rendez lorsque vous voulez vous assurer de la réputation d’un hôtel, des services proposés sur place, bref, de sa qualité générale. Les notes attribuées et les commentaires postés sont généralement suivis par les touristes avant toute réservation.

Aujourd’hui, gêné aux entournures, TripAdvisor tente de faire son mea culpa, mais surtout de rejeter la faute sur une politique de modération obsolète. Un porte-parole explique que le site ne supprime pas (plus) les avis négatifs, mêmes lorsqu’ils évoquent des viols. Dans le passé, les anciennes règles étaient simplement trop strictes et de nombreux filtres empêchaient que de faux avis, certes nombreux sur ce type de plateforme de recommandations (Amazon par exemple ou Yelp), viennent ruiner la réputation de bons établissements.

Un mea culpa tardif

Le journal rappelle en outre que certains « membres de confiance de la communauté » ont également le pouvoir de supprimer certaines publications. Ainsi, des « experts destinations » comprenant des guides touristiques ou des propriétaires d’établissement peuvent jouer aux modérateurs.

Concernant le cas Kristie Love, l’entreprise a reconnu avoir supprimé son commentaire, puis l’avoir republié, mais noyé sous des années d’avis publiés. Aujourd’hui, TripAdvisor assure que ce type de commentaires a droit de cité sur la plateforme et ne sera plus supprimé.

Source: Source