Le BIOS pourrait disparaître des PC d’ici 2020

Ordinateurs

Par Mathieu le

Pour les novices, c’est parfois une véritable galère. Pour les utilisateurs plus expérimentés, c’est une obligation, mais aussi une potentielle perte de temps. Depuis toujours, les possesseurs d’ordinateurs portables ou fixes, doivent régulièrement veiller à mettre à jour le BIOS de la carte-mère.

De son nom complet, le Basic Input Output System est un micro système intégré à chacune des cartes mères que l’on trouve aujourd’hui sur nos ordinateurs, toutes marques confondues, et qui a pour but simple de gérer l’ensemble des périphériques de l’appareil (entrée et sortie audio, prises USB, HDMI,…), mais aussi son démarrage. Autant vous dire qu’il est vital.

Une norme et des questions

En 2006 néanmoins est créé l’UEFI (pour Unified Extensible Firmware Interface), une nouvelle interface plus complète et moderne qui vise à remplacer, sur la durée, le vieillissant BIOS. Jusqu’à l’année dernière, ce nouveau système n’était même pas considéré comme un standard, chose désormais bien ancrée dans le monde informatique. Mais il reste encore du chemin à parcourir à l’UEFI pour devenir une véritable norme.

L’interface d’un (vieux) BIOS
L’interface de l’UEFI

Mais Intel entend bien supprimer, d’ici 2020, le support BIOS dans les cartes mères pour faire de l’UEFI le système type. Problème de taille : il existe aujourd’hui encore de nombreux supports qui ne prennent pas en compte ce modèle. Mais Intel explique qu’il est nécessaire de passer par cette transition dans les trois prochaines années. Cette nouvelle interface se veut en effet plus riche en fonctionnalités, plus ergonomique et plus moderne dans sa conception et permettrait notamment de renforcer la sécurité générale de nos machines. Dans la vision de l’entreprise américaine, il faut absolument supprimer le BIOS et ses technologies trop anciennes pour passer à l’UEFI en classe 3+. Cela permettrait alors d’intégrer un système de démarrage sécurisé, mais aussi de faire disparaître le mode compatibilité (ou legacy mode) ce qui supprimerait les risques de piratage du système d’exploitation.

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Test du PC gamer MSI Infinite X

Adieu Linux ?

Il est également précisé que si l’ensemble des cartes mères passait à cette nouvelle norme, cela simplifierait les UEFI actuels et diminuerait leur taille tout en permettant la disparition du DOS (Disk Operating System) complètement dépassé (il a été créé en 1981). Nos ordinateurs seraient ainsi équipés de pièces embarquant une technologie bien plus moderne et en phase avec son temps.

Néanmoins, Intel doit faire face aux utilisateurs de système “libres” comme Linux qui estiment que cette nouvelle norme les obligerait à ne plus pouvoir choisir leur interface de façon autonome. Linus Torvalds, fondateur de Linux, ne cache d’ailleurs pas son mépris pour l’UEFI. Reste donc à trouver un compromis entre protection et liberté.