Finalement, il n’y aurait pas d’aliens près de l’étoile KIC 8462852

Espace

Par Mathieu le

En 1890, plusieurs astronomes d’Harvard se posaient déjà la question : “Pourquoi la luminosité de KIC 846252 varie-t-elle à ce point ?” . 128 ans plus tard, il se pourrait qu’on ait enfin trouvé la réponse. L’étoile KIC, nous vous en parlons depuis de longs mois maintenant. Il faut dire que le corps céleste recèle de mystères avec notamment de fortes fluctuations de sa luminosité, qui pouvait perdre, par instant, 22% de son éclat.

Poussière de fée

Bien évidemment, astrophysiciens et autres scientifiques se sont rapidement intéressés à KIC 846252 au point parfois de lui vouer un culte étrange. Mais l’astronome américain Tabetha Boyajian vient de publier une étude plus que crédible sur arXiv et dans celle-ci, il n’est plus question d’hypothétique visite extraterrestre.

C’était le rêve de nombreux ufologues : réussir à prouver que l’étoile KIC était bien habitée, ou tout du moins entourée, pas une civilisation alien possédant des technologies, notamment spatiales, nettement supérieures aux nôtres. Finalement, les fluctuations de la luminosité du corps céleste ne seraient dues qu’à… de la poussière interstellaire. Pour parvenir à de tels résultats, 206 chercheurs se sont associés et ont observé ensemble ces fameux phénomènes.

Et, même si leur étude n’est pas encore vérifiable, il se pourrait qu’elle soit la plus plausible sur le sujet. Pour l’équipe de Tabetha Boyajian, si la luminosité de KIC 846252 a tendance à fortement diminuer, c’est parce qu’une poussière d’astéroïdes passe devant elle. Cela rejoint ainsi les propos tenus par l’astronome Massimo Marengo à la fin de l’année 2015 qui expliquait : “Il est possible qu’une famille de comètes se déplace sur une très longue orbite excentrique autour de l’étoile. À sa tête se trouverait une très grosse comète […] Le reste de la famille, un rassemblement de fragments variés se trouvant à la traîne, serait passé devant l’étoile.

La fin d’une ère de mystères

Il est donc loin le temps des théories Star Warsienne et notamment de celle de l’astronome Jason Wright, professeur à l’Université de Pennsylvanie, qui affirme que ces variations sont la résultante de la présence de mégastructures extraterrestres. Selon lui, la luminosité fluctuante de l’étoile est due à un immense amas de panneaux solaires généralement connus sous le nom d’essaim de Dyson. Vous trouvez cela fou ? Pourtant, quelques scientifiques de renom valident cette hypothèse. Une grande majorité d’astrophysiciens vont même dans ce sens et expliquent “qu’une civilisation avancée est en train de récolter de l’énergie solaire depuis le passé” et ce, grâce à une sorte de pont temporel.

Adieu la mégastructure alien et bonjour la poussière interstellaire. Un tantinet moins sexy me direz-vous, mais un poil plus réaliste aussi. L’explication est aussi plus logique dans le sens où les étoiles naissent dans des pépinières galactiques remplies de gaz en suspension et de poussières. Il n’est donc pas fou de penser que cette même poussière gravite autour de KIC 846252, qui est, pour rappel, située à 1480 années-lumière de notre chère planète bleue. Ainsi, à moins d’un renversement complètement fou, vous ne devriez plus beaucoup entendre parler de cette fameuse étoile dont l’intérêt est, tout à coup, bien moindre.