Jeux olympiques : Des Français profitent des JO d’hiver pour tester la 5G

Télécom

Par Jules le

Un groupe de chercheurs français a profité de la compétition olympique hivernale, qui a permis à la France de repartir avec 15 médailles, dont cinq en or, pour tester une liaison vidéo entre la Finlande et la Corée du Sud en 5G.

Si une fois encore, les sportifs du monde entier étaient à l’honneur lors de ces Jeux olympiques d’Hiver 2018, la nouvelle technologie, et notamment la 5G, a su se faire une place de choix sur le devant de la scène. Outre le ballet de 1218 drones géré en 5G ou encore les nouvelles fonctionnalités de streaming vidéo mises en place par l’opérateur KT, le futur standard téléphonique s’est illustré à travers l’expérience conduite par le groupe « 5G Champion ».

Un réseau de bus

L’objectif était d’assurer un flux vidéo avec une latence faible et stable entre la Finlande et la Corée du Sud, le tout bien évidemment en 5G. Pilotée par une équipe de chercheurs du CEA-Leti (Laboratoire d’électronique et de technologie de l’information), cette expérimentation a réuni une vingtaine de partenaires, à l’instar de Thales Alenia Space ou encore Nokia.

Les chercheurs ont ainsi équipé certains visiteurs de IoT Street, près du village olympique de Gangneung, de casques VR pour qu’ils se déplacent dans des environnements 3D situés en Finlande, à 14 000 km de là. Une autre équipe basée à Oulu, en Finlande, a offert une expérience similaire aux curieux qui se sont retrouvés propulsés en Corée du Sud.

Le choix d’un flux vidéo en VR a pour but d’éprouver le réseau 5G. En effet, la VR est particulièrement gourmande en matière de bande-passante. D’autant que l’expérience a été conduite dans la bande de fréquence 28 GHz, réputée pour l’affaiblissement rapide de son signal lorsque ce dernier s’éloigne des antennes.

Histoire de rendre les choses un poil plus difficiles, les visiteurs sud-coréens équipés de casques ont été placés dans des bus roulant entre 60 et 80 km/h dans des zones de plusieurs centaines de m². Pour garder une connexion stable, et donc un flux vidéo qualitatif, une série d’antennes ont été installées sur le toit desdits bus.

Pousser la 5G à son maximum

Interrogé par 01Net, Emilio Calvanese Strinati, directeur de recherches et d’innovations au CEA-Leti, est revenu sur l’architecture mise en place pour la bonne conduite de l’expérience. « Nous avons disposé seulement cinq nœuds de passage, mais bien choisi. Cela va permettre d’optimiser le temps de propagation de la lumière et d’éviter la congestion. »

En se concentrant sur plusieurs technologies 5G – MIMO, beamforming, 256 QAM – ainsi que sur des antennes point à point situées à Gangneung et chargées de faire la liaison entre les bus et la base, les chercheurs ont atteint un débit de 2,5 Gb/s pour les backhaul, et de plusieurs centaines de Mb/s pour les utilisateurs connectés en Wi-Fi à la 5G.

Source: 01Net