Ray tracing : une vidéo de démo en temps réel impressionnante sous Unreal Engine 4

Graphic

Par Gaël Weiss le

Nvidia et Epic ont dévoilé à l’occasion de la Game Developer Conference une démo de ray tracing en temps réel tournant sous l’Unreal Engine 4. Une démo qui tourne par ailleurs sur un ordinateur à plus de 60 000 dollars, mais qui augure de ce dont seront capables les jeux vidéo d’ici quelques années.

Les consoles et PC ont beau être de plus en plus puissants, ils ne permettent pas encore aux développeurs de représenter la réflexion et la réfractation de la lumière correctement dans leur jeu ou dans leur moteur graphique. Dans la vie réelle, le procédé est déjà complexe à théoriser. Il l’est d’autant plus dans une représentation graphique. Le Ray Tracing, justement, est une technique permettant de simuler de façon réaliste le comportement de la lumière dans un rendu graphique.

Une technique gourmande en ressource

Cette technique est toutefois terriblement exigeante, que ce soit en termes de hardware ou de software. Il nécessite des machines particulièrement puissantes et de nombreux calculs. Et c’est justement à ce titre que la vidéo de démonstration en temps réel ci-dessous est particulièrement impressionnante.

La technique du Ray Tracing est justement utilisée durant toute cette petite séquence inspirée de Star Wars pour gérer l’intégralité de l’illumination des différentes scènes : éclairages, réflexions et réfractions ainsi que l’occlusion ambiante sont calculés en temps réels.

Il y a ici aussi bien une prouesse effectuée au niveau du moteur graphique que du hardware. Du côté du moteur graphique, ce dernier est capable de réaliser des effets de mise au point en temps réel proche de ce que l’on peut voir au cinéma. Ce genre de technologie est idéal pour « recréer des environnements complexes », explique un représentant d’Epic. Et c’est ce que l’on peut voir à l’écran avec les reflets de la lumière sur l’armure du capitaine Phasma ou la couleur des armures des stormtroopers dans l’ascenseur.

Pour faire tourner cette démo, Epic s’est appuyé sur une machine particulièrement puissante de Nvidia, une DGX Station qui comprend quatre GPU Tesla V100, des cartes graphiques destinées aux supercalculateurs. Une machine coûteuse, dont le prix est estimé à 60 000 dollars. Le développeur a également utilisé la technologie Nvidia Gameworks, qui permet de réduire le bruit de l’image lors de l’utilisation du Ray Tracing.

Autant dire que vous ne verrez sûrement pas un tel niveau de détail dans les réflexions et la gestion de la lumière dans les jeux vidéo avant longtemps. Mais le simple fait que l’Unreal Engine 4 sache désormais le prendre en compte laisse espérer un déploiement progressif dans les jeux au cours de prochaines années.