La Commission européenne passe (encore) à l’action pour imposer le chargeur universel

Smartphone

Par Kesso le

Avec le projet qui n’avance pas, la Commission européenne s’apprête à sévir auprès des constructeurs afin qu’ils respectent leur engagement de proposer un chargeur universel.

Crédit image : Pixabay

Lassée de voir que les choses n’avancent pas, la Commission européenne a décidé de prendre des mesures. Ainsi, Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence a déclaré le 1er août : “Compte tenu des progrès insatisfaisants de cette approche basée sur le volontariat, la Commission lancera prochainement une étude d’impact pour évaluer les coûts et les avantages de différentes autres options”. Le projet du chargeur universel est en effet sur répondeur depuis bientôt dix ans car c’est en 2009 qu’un premier protocole d’accord a été signé entre l’UE et 14 fabricants de smartphones (Apple, Samsung, Huawei, Nokia…). Le but de la Commission est de réduire le volume de déchets produit par les chargeurs de nos appareils électroniques chaque année, soit 51 000 tonnes.  

Elle cherche également à éviter l’achat de plusieurs chargeurs pour les utilisateurs. C’est ainsi qu’en 2012, la majorité des téléphones portables s’est équipée du chargeur micro-USB, mais pas ceux d’Apple. La firme continue en effet, avec son chargeur “Lightning”, qui ne fonctionne qu’avec ses appareils les plus récents. La Commission s’est alors engagée, en 2014, à imposer le chargeur universel au plus tard en 2017, mais cela n’a rien changé.

Un texte signé en mars 2018

En mars dernier, la Commission européenne a lancé une nouvelle campagne afin de promouvoir “la future solution de recharge commune pour smartphone”. Sept fabricants de smartphones (Apple, Samsung, Google, Lenovo, LG, Motorola et Sony) se sont ainsi engagés à ce que leurs appareils soient rechargeables avec un connecteur USB-C plus performant et de meilleure qualité.