Quand Amazon offre une formation “anti-syndicale” à ses managers

Business

Par Jules le

À n’en point douter, le géant de l’e-commerce aurait préféré que cette vidéo de formation reste en interne et ne se retrouve pas malencontreusement sur la Toile. Cela aurait évité à l’entreprise de Jeff Bezos de se retrouver une nouvelle fois sous le feu des critiques concernant les conditions de travail de ses employés. Car cette vidéo de formation à destination de sa division Whole Foods Market apprend à ses managers à repérer les “signaux d’alerte” qui mènent à la création d’un syndicat.  

Crédit : Gizmodo

Le 26 septembre dernier, le site Gizmodo reçoit une étrange vidéo de 45 mn de la part de l’une de ses sources. Cette dernière, explique le site, a été réalisée par Amazon dans le cadre de la formation des employés de Whole Foods Market, un groupe alimentaire racheté par le géant américain l’année dernière.

Amazon ne porte pas le syndicalisme dans son cœur

Et si cette vidéo a particulièrement retenu l’attention des médias et des internautes, c’est pour la simple raison qu’elle ressemble à s’y méprendre à une campagne anti-syndicalisme.

Bien que Gizmodo n’ait pas diffusé la vidéo dans son intégralité, pour protéger sa source, le site américain s’est en revanche penché sur quelques extraits. À commencer par l’explication de la position d’Amazon vis-à-vis du syndicalisme. “(L’entreprise) n’est pas contre les syndicats, mais n’est pas non plus totalement neutre“, explique ainsi le narrateur de cette vidéo d’animation. “Nous ne croyons pas que les syndicats sont dans le meilleur intérêt de nos clients, de nos actionnaires ou, plus important encore, de nos associés. Notre business model repose sur la rapidité, l’innovation et l’obsession du client – des choses qui ne sont généralement pas associées au syndicalisme. Lorsque nous perdons de vue ces domaines essentiels, nous compromettons la sécurité de l’emploi de chacun: les vôtres, les miens et ceux des associés“, continue-t-il

Une manière un peu passive-agressive de sous-entendre que les droits des travailleurs ne sont que secondaires face aux attentes des clients et des actionnaires.

Les murs ont des oreilles

Mais le géant de l’e-commerce ne se contente pas de clarifier sa position sur la question des syndicats. Il enjoint et forme ses managers à détecter “les signaux d’alerte” qui laissent présager de la formation future d’un syndicat. Ces signes avant-coureurs sont aussi bien des termes, comme “délégué syndical” ou “salaire décent”, que des actions, à l’instar du port de t-shirt syndicaux, ou de l’intérêt grandissant pour le droit des salariés.

Crédit : Gizmodo

Amazon invite même les managers à dévoiler le fond de leur pensée concernant les syndicats devant les employés. Interdiction de tomber dans la menace, bien entendu, mais aucune barrière concernant le ton sur lequel formuler ses opinions. On peut ainsi passer du paternaliste “je préfère travailler directement avec les associés” au plus engagé et virulent “les syndicats sont des rats trompeurs et menteurs.”

Contacté  par Gizmodo, Amazon a d’abord joué la sourde oreille avant de transmettre à Fortune un commentaire expliquant sa perplexité face à l’article du site américain, qui se met en porte-à-faux d’une entreprise “désireuse de mieux impliquer ses employés, former des centaines de managers pour maintenir un dialogue ouvert et direct avec les associés, et créer des canaux pour stimuler l’innovation au nom du client dans un environnement solidaire et inclusif.” Une déclaration certainement un peu trop laconique pour réussir à éteindre la polémique.

 

Source: Gizmodo