Chronologie des médias : un accord réduit les délais de diffusion des films

Cinéma

Par Anne Cagan le

Canal+ et les autres chaînes TV pourront diffuser plus rapidement les films sortis en salles. Le texte ne devrait en revanche rien changer pour Netflix.

Petit miracle de Noël, les groupes de télévision et la filière du cinéma ont réussi à s’entendre sur un dossier particulièrement sensible: la chronologie des médias. Ce nouvel accord signé vendredi dernier au ministère de la Culture modifie significativement la façon dont un film peut-être exploité après sa sortie en salle.

Tandis que Canal + devait auparavant laisser s’écouler douze mois avant de diffuser un film ayant enregistré plus de 100 000 entrées lors de ses quatre premières semaines d’exploitation en salles, ce délai s’établit désormais à 8 mois. Pour les films ayant réalisé moins de 100 000 entrées, le délai est également revu à la baisse et passe à 10 mois.

Délais réduits pour les chaînes TV

Canal + n’est cependant pas le seul groupe concerné. Les autres acteurs de la TV bénéficient également d’un calendrier accéléré. Le délai de diffusion passe ainsi de 22 à 17 mois pour les chaînes payantes et il tombe à 15 mois s’il s’agit d’un film sous le seuil des 100 000 entrées.

L’accord ne laisse pas les chaînes gratuites de côté : elles pourront diffuser un film 22 mois après sa sortie en salle (contre 28 mois auparavant). S’il s’agit d’un long métrage ayant réalisé moins de 100 000 entrées lors de ses quatre premières semaines d’exploitation en salles, ce délai imposé se limitera à 20 mois.

Le cas des plateformes de streaming

Netflix ne devrait en revanche guère tirer profit de ce nouvel accord. Le texte donne aux services de streaming la possibilité de diffuser les films 17 mois après leur sortie en salles contre 36 mois auparavant. Mais seules les plateformes s’étant engagées à investir de manière significative dans la production d’oeuvres cinématographiques françaises et européennes pourront en bénéficier.

Le calendrier des sorties DVD et VOD n’a quant à lui quasi pas été modifié. Les films ayant réalisé moins de 100 000 entrées lors de leurs quatre premières semaines en salles pourront éventuellement bénéficier d’une dérogation et sortir en DVD, Blu-Ray, VOD au bout de trois mois. Mais pour les œuvres plus populaires, le délai sera maintenu à quatre mois.