Sexisme : Rien n’y fait, l’humour sexiste a la peau dure à la radio et sur le Web

Sur le web

Par Jules le

Selon un rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, le sexisme caustique est encore bien présent dans les matinales radios et sur le Web, notamment au sein du YouTube-jeu français.  

Malgré la libération de la parole féminine et le raz-de-marée causé par le mouvement #MeToo, le féminisme a encore beaucoup de chemin à faire pour venir à bout du sexisme. On enfonce peut-être une porte ouverte en disant ça, mais selon le dernier rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, les clichés sexistes sont loin d’avoir tous disparu, notamment dans les médias.

Le cliché comme ressort comique

Sur les mois de novembre et décembre 2017, la HCE a conduit une étude sur 69 contenus humoristiques diffusés à la radio lors des matinales, sur les chaînes YouTube des vidéastes dotés du plus grand nombre de followers, ainsi que sur le site de blague le mieux référencé de Google : blague.info.

Premier constat dans les cas de la radio et du web : la majorité des chroniques humoristiques sont assurées par des hommes. Nicolas Canteloup pour Europe 1, Laurent Gerra pour RTL Matin. Seule France Inter fait appel à une femme, Charline Vanhoenacker, pour assurer ce segment.

Et, sur les 28 chroniques étudiées, 71% d’entre elles utilisaient des clichés sexistes comme ressort humoristique. Le plus mauvais élève est Europe 1, avec 10 chroniques incriminées… sur 10 écoutées. RTL Matin a fait preuve de sexisme dans 8 cas sur 10, alors que France Inter n’a fauté “que” deux fois.

Crédit : HCE

La HCE constate que “lorsque les femmes sont représentées, elles le sont d’une manière sexualisée ou disqualifiée“. Comprenez qu’elles sont souvent moquées pour leur physique ou leur âge.

Mais le sexisme reste beaucoup plus prononcé sur YouTube. Sur les six vidéos étudiées par la HCE, trois de Norman et trois de Cyprien, 5 contiennent des ressorts sexistes (seule une vidéo de Cyprien est passée au travers). Enfin, le site blague.info concentre 37% de blagues aux dépens des femmes. Le reste concernant tous les autres sujets (car on voit venir ceux qui argumenteront en disant “ça veut dire que 63% des blagues se moquent des hommes”).

L’intégralité de l’enquête est disponible ici, en PDF.