La Food and Drug Administration met en garde contre les élixirs de jouvence au plasma

Science

Par Julie Hay le

La FDA (Food and Drugs Administration) met en garde contre les cures de jouvence sanguine. Les transfusions de plasma prélevé sur des jeunes personnes présentent des risques pour le patient et leur efficacité n’est pas prouvée actuellement.

 

N’est pas Dracula qui veut ! Face à la recrudescence de transfusions de plasma comme élixir de jouvence, la FDA met en garde les citoyens américains qui seraient tentés par l’expérience. C’est gizmodo qui partage l’information, digne d’un film fantastique. De nombreuses cliniques proposent pour la modique somme de 8 000 euros, des transfusions de sang de jeunes adultes.

Encore au stade expérimental

En 2014, des étudiants d’une école de médecine de San Francisco, Californie, ont expérimenté la transfusion plasma. Pendant 24 jours, ils ont réalisé 8 transfusions de plasma sur deux types de souris. Les plus jeunes souris (3 mois) ont été transfusé avec le sang des plus vieilles (18 mois) et vice versa. Les scientifiques ont observé, chez les plus vieilles, une nette amélioration de leurs réflexes cognitifs ainsi que de leur mémoire. Au-delà de la simple amélioration des capacités, les scientifiques ont observé une régénération structurelle. Le plasma ferait ralentir le vieillissement moléculaire. Il n’en fallait pas plus pour affoler les centres esthétiques.

Des risques pour le transfusé

La FDA dans un communiqué alerte les Américains sur les risques de telles pratiques. Elles n’ont pas été testées comme il se doit par l’équivalent américain de l’Agence européenne des médicaments. Leurs bienfaits n’ont jamais été confirmés et les risques seraient trop importants. Il n’y a à l’heure actuelle aucune étude qui permette de confirmer les effets de ce traitements sur la maladie d’Alzheimer, les problèmes cardiaques ou encore Parkinson. Les risques d’infections ou d’allergies au plasma sont trop importants. La FDA précise que les gens qui souhaitent participer à des expériences doivent le faire auprès de cliniques qui sont certifiées. “En règle générale, nous renforçons nos actions envers des compagnies qui abusent de la confiance des patients et mettent leur santé en danger ” explique Scott Gottlieb, commissaire à la FDA.

En France, la Haute Autorité de la Santé (HAS), limite l’utilisation du plasma à des “situations requérant indiscutablement leur utilisation à des fins thérapeutiques”