Karen Uhlenbeck est la première femme à obtenir l’illustre Prix Abel de Mathématiques

Science

Par Corentin le

Cette femme est la première à se voir décerner le Prix Abel de Mathématiques pour ses travaux de recherches en géométrie et physique théorique, et notamment sa théorie des surfaces minimales qui s’applique aux bulles.

Karen Uhlenbeck est une mathématicienne de l’Université du Texas, et elle est la première femme à décrocher l’honorable distinction du Prix Abel de Mathématique. Âgée de 76 ans, elle a été gratifiée de ce titre pour ses recherches en « analyse géométrique et en théorie des jauges, qui a radicalement changé le paysage mathématique« , a déclaré Hans Munthe-Kaas, Président du Comité Abel.

Vous remarquerez qu’il ne s’agit pas d’un Prix Nobel de Mathématiques, puisque ce dernier n’existe tout simplement pas. Le Prix Abel de Mathématiques de l’Académie Norvégienne des Sciences et des Lettres est en revanche ce qui s’y assimile le plus. Il a été créé en 2002 pour récompenser les « contributions au domaine des mathématiques qui sont d’une profondeur et d’une influence extraordinaires » d’une somme d’environ 625 000 euros.

Karen Uhlenbeck a marqué la communauté scientifique en améliorant des modèles utilisés en physique des particules, relativité générale, et pour la théorie des cordes. Le comité du Prix Abel affirme qu’elle a « développé des outils et des méthodes d’analyse globale qui sont maintenant utilisés par les géomètres et analystes« , et qu’elle a aussi posé les bases des modèles géométriques contemporains en mathématiques et en physique.

Son travail le plus marquant est la découverte du phénomène dit de bouillonnement dans des recherches menées avec Jonathan Sacks. Elle a développé la théorie des « surfaces minimales » qui explique la façon dont les pellicules de savon s’organisent de sorte à minimiser leur énergie. « La reconnaissance des réalisations d’Uhlenbeck aurait dû être beaucoup plus grande, car son travail a conduit à certaines des avancées les plus importantes en mathématiques au cours des 40 dernières années« , a déclaré Jim Al-Khalili, Royal Society Fellow, dans le communiqué de presse Abel Prix.

Autre événement marquant de sa vie qui lui vaut cette distinction, la scientifique a aussi cofondé le Park City Mathematics Institute (PCMI) de l’IAS, qui « vise à former de jeunes chercheurs et à promouvoir la compréhension mutuelle des intérêts et des défis en mathématiques« . Elle a aussi cofondé le programme Women and Mathematics (WAM) de l’IAS dans les années 1990.

Source: Gizmodo